Frédéric Beigbeder arrête sa chronique sur France Inter

La rédaction du HuffPost
Jeudi 15 novembre, la

RADIO - Le malaise était palpable dans le studio. Jeudi 15 novembre, Frédéric Beigbeder a, comme chaque semaine, livré un billet d'humeur dans la matinale de France Inter animée par Nicolas Demorand. Et elle s'est révélée si mauvaise qu'elle a valu à l'auteur et réalisateur de prendre la porte de la station de radio, comme l'a annoncé Radio France ce vendredi.

Cette "Chronique improvisée", comme il l'a baptisée cette fois-ci, a tout d'abord été justifiée par le présentateur de l'émission: "Il est crevé, il n'a rien fait."

"Je sais ce que vous vous dites: 'Freddie gagne du temps'", commence donc Frédéric Beigbeder, après ce lancement surprenant et quelques secondes de musique orientale. "Freddie n'a rien fait, Freddie s'est couché très tard, Freddie a peu dormi...", continue-t-il, expliquant qu'il a perdu sa chronique sur les gilets jaunes dans une boite de nuit. "Vous allez vraiment tenir trois minutes comme ça là?", lui demande Léa Salamé, apparemment amusée. "On a peur pour les auditeurs, on pense à eux."

Un billet qui a valu de nombreux retours négatifs à la chaîne de radio publique, après avoir été interrompu par un Nicolas Demorand riant jaune en lançant: "Bon, on s'arrête là, non? C'était en tout cas la dernière chronique je pense de Frédéric Beigbeder..."

Et au lendemain de cet épisode peu glorieux, la directrice de France Inter, Laurence Bloch, a publié un communiqué dans lequel elle annonce la fin de la chronique. "Lui-même convient de sa faiblesse et a décidé d'arrêter l'exercice, n'ayant plus assez de temps pour s'y consacrer correctement", écrit-elle notamment. Une suite logique à ce "suicide en direct", comme l'avait qualifié Léa Salamé sur le coup.

Les explications publiées sur le site de Radio France et signées par Laurence Bloch, la directrice de France Inter.

À voir également sur Le HuffPost:

LIRE AUSSI

Retrouvez cet article sur le Huffington Post