Les frères Winklevoss, ennemis de Zuckerberg et... premiers milliardaires en bitcoins

Gaël Lombart (@gaellombart)

En 2013, ces Américains ont investi dans la monnaie virtuelle une partie des gains du procès intenté au patron de Facebook.


Le film « The Social Network », qui relate l’irrésistible ascension de Facebook, les a rendus célèbres. Le grand public découvrait alors comment Tyler et Cameron Winklevoss (tous deux interprétés par Armie Hammer) avaient été floués par Mark Zuckerberg, PDG du réseau social. C’est avec une autre épopée numérique, le très florissant bitcoin, que les jumeaux tiendraient leur revanche, comme l’a expliqué dimanche le quotidien britannique The Telegraph.

En novembre 2003, les frères Winklevoss, alors âgés de 22 ans, font la connaissance à Harvard d’un étudiant réputé sur les bancs de l’université pour avoir de sérieuses compétences en informatique. Un certain Mark Zuckerberg. Ils lui confient le développement d’un site permettant de connecter les étudiants entre eux, HarvardConnection. Ils l’informent de leur ambition d’ouvrir ce service aux étudiants d’autres écoles et insistent sur sa nécessaire discrétion.

A ce moment-là, les Winklevoss sont loin de se douter que trois mois plus tard, Mark Zuckerberg lancerait sa propre plateforme, TheFacebook.com, avec force communication dans le journal de Harvard. Dans le film de David Fincher, la scène qui suit cette découverte est toute en tension.



Les frères Winklevoss dans The Social Network

Le pari

Après quelques jours d’hésitation et devant l’intérêt suscité par le site, les jumeaux mettent en demeure Zuckerberg de cesser immédiatement son activité. S’en suit une longue séquence judiciaire qui se solde par un gain de 65 millions de dollars (dont 45 millions de dollars en actions Facebook).

En 2013, les deux natifs de Southampton, dans l’Etat de New York, investissent 11 millions de dollars dans le bitcoin, —qui suscite alors pas mal d’indifférence, voire de la méfiance—, puis fondent en 2015 une bourse d’échange spécialisée dans la cryptomonnaie, Gemini.

Le pari s’avère payant à l’heure où le bitcoin a (...) Lire la suite sur LeParisien.fr

Streaming : Spotify dévoile l’année musicale en France
Le Venezuela bolivarien veut son bitcoin
Le bitcoin à plus de 10 000 dollars : les raisons d’une folle envolée
La Cnil met en garde contre deux jouets connectés
Téléphonie : l'impressionnante histoire du texto

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages