Fox News se sépare de Bill O'Reilly, son présentateur vedette accusé de harcèlement sexuel

Maxime Bourdeau
Fox News renvoie son présentateur vedette accusé de harcèlement sexuel

ÉTATS-UNIS - La chaîne de télévision américaine Fox News a renoncé ce mercredi 19 avril à son présentateur vedette accusé de harcèlement sexuel, la famille Murdoch qui en est propriétaire craignant visiblement pour son image et pour ses annonceurs.

La chute est spectaculaire: Bill O'Reilly et son émission quotidienne à 20 heures, le "O'Reilly factor", était la valeur sûre de cette chaîne créée en 1996, qui n'a cessé de progresser avec la montée des valeurs conservatrices et de Donald Trump.

Son émission vieille de 20 ans battait depuis des années des records d'audience, avec 3,98 millions de téléspectateurs en moyenne au premier trimestre 2017. Le présentateur de 67 ans rapportait ainsi à Fox des millions en recettes publicitaires -297 millions entre janvier 2015 et septembre 2016, selon Kantar Media.

13 millions de dollars pour éviter des poursuites pour harcèlement sexuel

Mais début avril, le succès tourne au vinaigre: le New York Times révèle que O'Reilly et Fox ont versé quelque 13 millions de dollars à cinq femmes moyennant leur silence et leur renoncement à des poursuites contre lui pour harcèlement sexuel.

Ce alors que la chaîne venait déjà d'être éclaboussée par un scandale de harcèlement sexuel et avait promis de changer d'attitude. Son ancien PDG et fondateur Roger Ailes avait été acculé à la démission en juillet 2016, après des accusations d'une ancienne présentatrice.

Donald Trump, lui-même visé par de pareilles accusations pendant la campagne, était néanmoins monté au créneau pour défendre Bill O'Reilly, qui l'a interviewé plusieurs fois et qui passait pour son ami. "C'est un homme bien", avait déclaré le président après l'article du Times. "Je pense qu'il n'a rien fait de mal".

Bill O'Reilly continue de démentir

Malgré cet appui et la fidélité de ses téléspectateurs qui continuaient à le suivre par millions, beaucoup d'annonceurs ont commencé à quitter le navire, dont Mercedes-Benz, BMW ou le groupe pharmaceutique Sanofi. Dans un premier...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages