Comment les "fous d'Allah" ont conquis les camps palestiniens

Quoi qu’ils déclarent, quoi qu’ils fassent, quoi qu’ils entreprennent, le constat est accablant, pour ne pas dire déshonorant. Affirmer qu’ils n’ont pas été à la hauteur de l’événement serait un euphémisme. En fait, ils se sont dédits, se sont débinés à la première alerte, quand il a fallu prendre le taureau par les cornes, trancher dans le vif. “Ils” ? Tous les supposés responsables des nombreuses organisations palestiniennes qui ont pignon sur rue au Liban.

Du nord au sud, d’est en ouest, d’un camp géré par le Jihad islamique à un autre réquisitionné par le Hamas, d’une base implantée comme un cancer à Naamé [20 kilomètres au sud de Beyrouth] à une autre étalée comme une plante vénéneuse à Kossaya [dans la plaine de la Bekaa], le panel est large, et les arrière-pensées encore plus. Les “fous d’Allah” ont envahi les camps, ont entraîné les repris de justice dans leur sillage, ont introduit des tonnes d’explosifs, des engins de mort, ont quasiment pris les réfugiés en otage, et les supposés responsables des nombreuses organisations palestiniennes ont laissé faire, ont pavé la voie à l’irréparable.

Liban-Palestine, même combat : une cause poignardée, assassinée dans les ruelles de Gaza, sacrifiée sur l’autel des ambitions personnelles, des querelles de clans ; une cause démythifiée, dévoyée dans les ruelles de Nahr El-Bared [camp de réfugiés dans le nord du Liban, à côté de Tripoli], de Aïn El-Héloué [camp de réfugiés dans le sud du Liban à côté de Saida], sur les collines de Naamé, de Kossaya, une cause rongée par le salafisme, récupérée par le régime syrien, éminent défenseur des peuples opprimés…

L’irruption du Fatah Al-Islam sur la scène libanaise a dévoilé, a révélé au grand jour les tromperies des uns, la duplicité des autres. Arafistes [lié à Yasser Arafat] ou djihadistes, légalistes ou putschistes, tous ont menti, tous ont contribué à faire éclater la crise et à la perpétuer. Et ce n’est pas le réveil tardif, lundi 25 juin, du Fatah d’Arafat à Nahr El-Bared [les hommes du Fatah ont aidé les troupes libanaises] qui fera oublier les compromissions passées.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles