Une “foule radieuse” accueille les libérateurs à Kherson

MURAD SEZER / REUTERS

Parmi les “scènes extraordinaires” observées par le Guardian sur la place Svoboda de Kherson, ces deux hommes jetant une femme soldat dans les airs. D’autres habitants de la ville libérée s’étaient enroulés dans un drapeau jaune et bleu. Des larmes aussi, de joie, dans une “foule de résidents radieux” venus accueillir les troupes de leur pays au son des klaxons et des chansons à la gloire de l’armée.

Les Russes ont annoncé leur retrait de Kherson mercredi. Un jour et demi plus tard, les premières unités spéciales ukrainiennes avaient déjà fait leur entrée dans le centre historique de la cité. “Kherson est à nous”, a annoncé le président Volodymyr Zelensky sur Telegram, saluant “une journée historique”, constate Radio Free Europe Radio Liberty.

“Il semble que les Ukrainiens viennent de remporter une victoire extraordinaire : la seule capitale régionale que la Russie avait saisie dans cette guerre est maintenant de retour sous le drapeau ukrainien”, s’est félicité Jake Sullivan, conseiller de Joe Biden à la sécurité nationale.

Ces images de fête contrastent avec la débandade russe. Le retrait est décrit par le Washington Post comme “la défaite politique et militaire la plus importante du président Vladimir Poutine dans sa funeste guerre de huit mois et demi”.

Le New York Times remarque d’ailleurs la discrétion du dirigeant russe. “Quand il s’agit d’annoncer des mauvaises nouvelles, Poutine est difficile à trouver”, note le quotidien. Six semaines plus tôt, sur la place Rouge, c’est lui qui avait déclaré en grande pompe que Kherson appartiendrait à la Russie pour l’éternité. Mercredi, il a laissé son général Sergey Surovikin “être le visage de l’échec” et détailler les conditions du départ des forces russes.

“Le recul était délibéré. Mais avec chaque revers en Ukraine, il devient plus dur pour M. Poutine de se distancier des échecs, qui érodent petit à petit son image de leader indomptable”, souligne le Times, tout en insistant sur le fait que rien ni personne ne menace sa position.

[...] Lire la suite sur Courrier international