Des fouilles en plein cœur de Berlin pour reconstituer l’histoire de la capitale allemande

Landesdenkmalamt Berlin, Anna Schimmitat

Des fouilles de grande ampleur ont lieu depuis trois ans au centre de Berlin, mettant au jour plus de 800 ans de l’histoire de la capitale allemande. La récente découverte d’une construction datant du Moyen Âge révèle des objets quotidiens étonnants.

De gigantesques fouilles retournent depuis trois ans un quartier historique de Berlin, le quartier Saint-Nicolas (Nikolaiviertel), dans l’arrondissement de Mitte. Autour de l’église Saint-Nicolas et du rotes Rathaus – l’hôtel de ville entièrement fait de briques rouges –, derrière l’Alex en allant vers la Spree, les pelleteuses sont à l’œuvre et les archéologues enchaînent les découvertes. La dernière en date remonte au 15e siècle. Il s’agit d’une construction qui pourrait être une cave, contenant de nombreux objets évoquant la vie quotidienne des Berlinois de l’époque. Pourquoi cette excavation revêt-elle un caractère particulier? Sans doute parce que ce quartier fut autrefois le cœur de Berlin, et qu’il est longtemps resté désaffecté. Sans doute aussi parce qu’au cours des siècles la ville s’est, souvent tragiquement, redessinée.

Des fouilles en plein cœur de Berlin pour reconstituer l’histoire de la capitale allemande

Les archéologues de l’Office des monuments historiques de Berlin sont comblés ! Comme ils l'annoncent dans un communiqué, ils ont mis au jour à 4 mètres de profondeur une construction en bois "exceptionnelle". Elle remonterait à l’an 1400 et pourrait être une cave d'une grande maison. Elle contenait une telle quantité d’objets qu’il y avait de quoi remplir 200 cartons, nous précise Vera Hubensack, qui dirige les fouilles sur le terrain. La grande diversité de ces objets domestiques est également unique, puisque l’assemblage comprend aussi bien des récipients en céramique ou en métal, des verres à pied, des outils, du verre à vitre (220 kg !), des carreaux de poêle, des jouets (des osselets, des billes en verre et en argile, un berceau-poupée), des chaussures en cuir, des tissus et même des restes de nourriture : des os d’animaux, mais aussi des fruits secs (noisettes et noix) et des noyaux de cerises, de raisins et de prunes. Pour Vera Hubensack, "étant donné la qualité de la facture des objets retrouvés dans cette construction, on peut supposer que[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi