Publicité

Le forum de Davos qui "s'attaque" à la consommation de café : attention à ces affirmations trompeuses

Au cours du Forum économique mondial qui regroupe chaque année des personnalités influentes des sphères politique, économique ou scientifique à Davos, en Suisse, des invités ont, lors d'un des nombreux débats organisés, discuté du lien entre croissance économique et préservation de l'environnement. Après le sommet, sur les réseaux sociaux dans plusieurs langues, des internautes ont affirmé qu'un débat proposant de restreindre la consommation de café s'était tenu lors du Forum. Si un intervenant a bien mentionné le lien entre production de café et émissions de CO2, il n'a pas proposé d'en restreindre ou interdire la consommation. De plus, le forum de Davos n'a de toute façon aucune compétence pour imposer des réglementations.

"Les dingos du WEF s'en prennent maintenant au café. Boire du café libère trop de CO2 selon ce monsieur. La culpabilisation pour tout, tout le temps", affirme ce message publié en français sur le réseau social X le 29 janvier 2024, après le Forum économique mondial ("WEF", son acronyme anglais pour "World Economic Forum"), qui a eu lieu du 15 au 19 janvier 2024 à Davos, en Suisse.

La publication est accompagnée d'un court extrait vidéo d'un homme qui explique l'impact de la culture de café sur l'environnement. On peut voir des logos du Forum derrière cet intervenant.

"APRES LES CHATS ET LES CHIENS, DAVOS VEUT SUPPRIMER VOTRE CAFE !", a écrit une internaute sur Facebook le 29 janvier. Elle ajoute que les participants au Forum "savent parfaitement ce qu'ils font et ce qu'ils veulent infliger pour esclavagiser les peuples par des obligations et interdits tatillons et mortifères".

<span>Capture d'écran de Facebook faite le 4 avril 2024</span>
Capture d'écran de Facebook faite le 4 avril 2024

Le Forum de Davos est très régulièrement visé par la désinformation, accusé de vouloir entraver la liberté des citoyens, par exemple en appelant à tuer les chats et les chiens pour lutter contre le changement climatique.

D'autres publications largement relayées sur X reprennent le même extrait vidéo, en commentant, comme sur celle-ci publiée le 23 janvier 2024, "Le WEF de Davos s'attaque à notre café", repostée près de 800 fois.

"Ils veulent tout régenter" : dans les commentaires de ces publications, des internautes y voient une préconisation pour réglementer la consommation de café, certains fustigeant les "écolos".

Cette allégation selon laquelle le Forum de Davos voudrait empêcher les consommateurs de boire autant de café qu'ils le souhaitent a circulé en plusieurs langues sur les réseaux sociaux européens. Un message polonais sur Facebook affirme qu'il veut interdire totalement le café.

Que dit l'intervenant au Forum de Davos ?

La courte vidéo de 48 secondes est extraite d'une prise de parole de 7 minutes d'un responsable d'un groupe bancaire suisse, Hubert Keller (archive).  Il intervenait au cours d'un débat d'une quarantaine de minutes sur les liens entre économie et écologie, intitulé  « Mettre un prix sur la nature » (archive), aux côtés de 4 autres participants et d'un animateur, le 17 janvier 2024 à Davos.

Au cours du débat, à 24 minutes et 37 secondes, Hubert Keller a effectivement évoqué l'impact du café sur l'environnement. Lancé par l'animateur de la discussion sur cet exemple du café, Hubert Keller dit le trouver "intéressant car [le café] a non seulement une dimension économique, mais aussi une dimension écologique".

Et de poursuivre :  "Le café que nous buvons tous génère entre 15 et 20 tonnes de CO2 par tonne de café, nous devrions tous le savoir. Ainsi, chaque fois que nous buvons du café, nous rejetons du CO2 dans l'atmosphère."

Hubert Keller a également soulevé le fait que la plupart du café mondial est cultivé en monoculture, un modèle de production qui contribue au changement climatique et que "la qualité de ces ressources se détériore rapidement". Il a ainsi émis l'idée d'un changement de mode de culture du café, qui permettrait de passer à un modèle plus "régénérateur" qui protégerait également la biodiversité.

Cependant, à aucun moment dans ce débat Hubert Keller n'a évoqué l'idée d'une réduction ou interdiction de la consommation de café. Les autres participants n'ont pas non plus tenu ce type de propos.

L'AFP n'a pas retrouvé de déclaration ni communiqué de presse qui évoquerait une restriction de la consommation de café sur le site internet du Forum de Davos (archive).

Des allégations provenant d'un site américain

A la fin de ce court extrait vidéo relayé sur X, est crédité le site américain Wide awake media. Ce dernier a déjà relayé des messages trompeurs (archive), et il est également mentionné dans cet article de l'AFP consacré à des affirmations trompeuses sur les éoliennes. Le compte Wide awake media sur X fait d'ailleurs la promotion de t-shirts portant l'inscription "World enslavement forum", que l'on peut traduire par "Forum mondial de l'esclavagisme", reprenant l'acronyme anglais WEF.

Sur le compte X de ce site,  on retrouve notamment une publication du 22 janvier 2024 qui indique "Maintenant, ils s'en prennent à votre café", en légende de l'extrait vidéo de Davos.

Ce message est lui-même cité dans un article du 22 janvier 2024 publié sur le site américain The People's Voice, qui titre  "Le Forum économique mondial déclare la guerre au café : 'Pas plus de 2 ou 3 tasses par an'". The People's Voice fait partie de la liste de sites (archivée ici) partageant des allégations trompeuses ou fausses établie par le média de vérification américain factcheck.org.

On retrouve aussi dans cet article sur le café l'idée selon laquelle certaines villes interdisent la viande et les produits laitiers à leurs habitants, ce qui est inexact, comme expliqué dans cet article de l'AFP.

<span>Capture d'écran sur le site américain People's Voice faite le 4 mars 2024</span>
Capture d'écran sur le site américain People's Voice faite le 4 mars 2024

Par ailleurs, si le Forum économique mondial (archive) qui se tient dans la station de ski huppée de Davos, en Suisse, peut jouer un rôle de lobbying, il n'a pas la capacité ni le pouvoir d'émettre des règlementations ou d'imposer des mesures comme le sous-entendent les publications que nous examinons.

L'empreinte carbone du café

Après l’eau et le thé, le café (archive ici) est la troisième boisson la plus consommée au monde. L'empreinte carbone de la production de café dépend de divers facteurs tels que les méthodes de culture, de transformation, le transport et l'emballage.

Les plantations de café sont par exemple liées à la déforestation (archive) qui libère de grandes quantités de CO2. La transformation du café nécessite également de l'énergie (archive), qui provient souvent de combustibles fossiles. En outre, les grains de café sont souvent transportés sur de longues distances depuis les lieux d'exploitation jusqu'aux consommateurs.

<span>Vue aérienne d'une plantation de café au Costa Rica, 15 février 2024</span><div><span>Alberto PEÑA</span><span>AFP</span></div>
Vue aérienne d'une plantation de café au Costa Rica, 15 février 2024
Alberto PEÑAAFP

Selon le calculateur d'émissions de carbone développé par la BBC (archive), boire une tasse de café jour émet 155 kilogrammes de gaz à effet de serre par an, soit l'équivalent de 643 kilomètres parcourus en voiture.

Produit en suivant des méthodes peu vertueuses, le café figure haut dans la liste des produits alimentaires les plus émetteurs de dioxyde de carbone, juste en-dessous du fromage. Le boeuf et la viande en général campent au sommet du classement.

<span>Capture d'écran du graphique de l'empreinte carbone du site Carbon Brief faite le 6 mars 2024</span>
Capture d'écran du graphique de l'empreinte carbone du site Carbon Brief faite le 6 mars 2024

Le Forum économique mondial est régulièrement la cible d'une désinformation importante. Parmi les fausses allégations qui lui ont été attribuées, on retrouve également celle de réécrire la Bible,  de promouvoir la pédophilie ou encore d'affirmer que d'ici 2030 tous les bébés devraient être "cultivés en laboratoire".

Des représentants des mondes politique, économique, scientifique, de la société civile et d'autres domaines s'y réunissent (archive). Cette année, l'événement a eu lieu du 15 au 19 janvier 2024 et a reçu, entre autres, le président français Emmanuel Macron, le secrétaire d'État américain Antony Blinken et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.