Fortes pressions pour révoquer Georges Tron de son mandat de maire

Par Nicolas Bastuck
·1 min de lecture
Incarcéré à la prison de la Santé, Georges Tron a formé un pourvoi en cassation dont il attend l’issue.
Incarcéré à la prison de la Santé, Georges Tron a formé un pourvoi en cassation dont il attend l’issue.

Le chemin de croix judiciaire continue pour Georges Tron, à qui la cour d'appel a refusé, lundi, la demande de remise en liberté plaidée par ses avocats, de même que son placement sous bracelet électronique. Condamné le 17 février en appel à cinq ans d'emprisonnement, dont trois ans ferme, pour viol et agressions sexuelles en réunion, l'ex-secrétaire d'État à la Fonction publique du gouvernement Fillon avait été acquitté en 2018 en première instance, devant les assises de la Seine-Saint-Denis.

Incarcéré à la prison de la Santé, il a formé un pourvoi en cassation dont il attend l'issue. « Il n'y a aucune raison que Georges Tron reste en détention en attendant que la Cour de cassation tranche. Il ne l'a pas été pendant toutes les années de procédure, il a toutes les garanties de représentation possibles et il s'est toujours présenté aux convocations », plaidait, dimanche, l'un de ses conseils, Me Solange Doumic, dans un entretien au Figaro.

À LIRE AUSSIL'essentiel de l'affaire Georges Tron

Sous pression

Un autre front s'est ouvert contre le maire de Draveil (Essonne), soumis à de fortes pressions, précisément au sujet de son mandat local qu'il continue à exercer depuis sa prison ? il refuse de démissionner, s'estimant simplement « empêché ». Mercredi dernier, au Sénat, lors des questions au gouvernement, une passe d'armeS musclée a opposé la vice-présidente (socialiste) Laurence Rossignol au garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti. « Ne pensez-vous pas, M. le Mini [...] Lire la suite