Fortes pluies dans le nord-est du Brésil : au moins 79 morts

Le bilan des pluies torrentielles qui s'abattent depuis mardi sur la région de Recife, capitale du Pernambouc, dans le nord-est du Brésil, s'est alourdi à au moins 79 morts, selon le dernier bilan officiel.

"A 18 heures ce dimanche, le nombre de personnes mortes en conséquence de la pluie a atteint 79", a indiqué la Défense civile de l'Etat de Pernambouc dans un communiqué, faisant également état de 56 disparus.

Lors d'une accalmie, quelque 1 200 hommes, disposant d'hélicoptères et de bateaux, ont repris dimanche la recherche des disparus et des personnes isolées.

La tempête a provoqué des glissements de terrain sur les flancs des collines, le débordement des rivières et de grands torrents de boue qui ont tout emporté sur leur passage.

Des images diffusées dimanche par les autorités locales montrent des sauveteurs et des volontaires en train de déblayer les débris à Jardim Monteverde, à la frontière entre Recife et la municipalité de Jaboatao dos Guararapes. C'est dans cette région accidentée que s'est produit le plus grand drame, samedi matin, lorsqu'un glissement de terrain a tué 19 personnes.

"Bien qu'il ait cessé de pleuvoir maintenant, nous nous attendons à de fortes pluies dans les prochains jours. La première chose à faire est donc de maintenir des mesures d'autoprotection", a déclaré le ministre du Développement régional, Daniel Ferreira, qui a survolé la zone sinistrée en compagnie d'autres responsables brésiliens.

Le président brésilien Jair Bolsonaro a déclaré dimanche matin qu'il se rendrait à Recife lundi pour suivre la "tragédie".

Les images du weekend rappellent le drame survenu en février à Petrópolis, dans l'Etat de Rio de Janeiro (sud-est), où 233 personnes avaient été tuées par des pluies torrentielles et des coulées de boue.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles