Forte présence policière dans les rues d'Alger, pas de manifestation

·3 min de lecture
FORTE PRÉSENCE POLICIÈRE DANS LES RUES D'ALGER POUR EMPÊCHER LES MANIFESTATIONS

par Lamine Chikhi et Hamid Ould Ahmed

ALGER (Reuters) -Un fort contingent de policiers était présent dans le centre d'Alger vendredi afin de bloquer toute reprise des manifestations hebdomadaires contre le pouvoir, que les autorités ont décidé de ne plus tolérer.

Un journaliste de Reuters a observé une vingtaine de véhicules des forces de sécurité dans le centre de la capitale algérienne, six policiers assis à l'intérieur de l'un d'entre eux, posté près d'un café. À proximité, des policiers se tenaient près de barrières fermant les rues secondaires.

Des manifestations sont organisées chaque vendredi à Alger depuis février, dans le prolongement du mouvement du "Hirak" né en 2019 contre l'élite au pouvoir et qui a abouti à la mise à l'écart du président Abdelaziz Bouteflika.

Mais en amont des élections législatives anticipées prévues le 12 juin, le gouvernement algérien a décidé d'interdire toute manifestation si elle ne bénéficie pas d'une autorisation préalable, délivrée uniquement si le nom des organisateurs est mentionné ainsi que les heures de début et de fin.

Un contestataire, qui n'a donné que son prénom Amarouche par crainte de représailles après une vague d'arrestations récentes, avait initialement déclaré qu'il prévoyait de manifester comme d'habitude. Mais plus tard dans la journée de vendredi, il a déclaré qu'il n'avait pas pu le faire.

"C'était tout simplement impossible. Il y avait trop de policiers", a-t-il déclaré.

Vendredi après-midi, Reuters s’est rendu dans plusieurs quartiers de la capitale où des manifestations ont normalement lieu, mais tous étaient calmes - et avec une importante présence policière.

"Le Hirak continuera, que ce soit par des marches ou d'autres méthodes. Mais nous nous en tiendrons à des moyens pacifiques", a déclaré Ahmed Abdich, un manifestant qui avait choisi de ne pas participer à la marche de ce vendredi à Alger.

"Utiliser la force pour arrêter nos marches ne changera rien, car nous sommes déterminés à atteindre nos objectifs et nous ne reculerons pas", a déclaré Mohamed Badji, un autre manifestant.

Les manifestations du Hirak en 2019 ont ébranlé l'élite dirigeante en place depuis l'indépendance du pays en 1962. Le président Abdelaziz Bouteflika a été forcé de quitter son poste après deux décennies au pouvoir et de nombreux hauts fonctionnaires ont été emprisonnés pour corruption.

Les manifestants dénoncent des changements essentiellement cosmétiques et demandent une purge plus complète de l'élite dirigeante ainsi que le retrait de l'armée de la sphère politique.

Le mouvement a ainsi boycotté l'élection du successeur d'Abdelaziz Bouteflika, Abdelmadjid Tebboune, en décembre 2019, ainsi que le référendum sur les modifications de la Constitution en novembre 2020, qui a été adopté avec un faible taux de participation de 25%.

Néanmoins, plusieurs partisans initiaux du Hirak ont décidé d'arrêter de protester.

"Le temps est venu d'opter pour le dialogue et de mettre fin à cette crise. Manifester et hurler des slogans ne résoudra pas nos problèmes", a déclaré l'un d'entre eux, Ali Bachiri.

(Lamine Chikhi, Hamid Ould Ahmed, rédigé parAngus McDowall, version française Hayat Gazzane, édité par Myriam Rivet)