Forte participation des Français à midi, “au plus haut depuis 1981”

À midi, de “l’un des jours les plus longs de l’histoire politique française”, selon les termes du journal belge Le Soir, la participation au second tour des législatives anticipées battait un nouveau record. Selon les chiffes du ministère de l’Intérieur relayés par Le Temps, elle s’établissait à 26,63 % (contre 25,9 % dimanche 30 juin à midi, lors du premier tour), “au plus haut depuis 1981”.

Au total, ce sont 43,3 millions de Français qui sont appelés aux urnes pour élire leur député dans les 501 circonscriptions (sur 577) qui nécessitent un second tour. Parmi elles, 89 connaissent une “triangulaire” et deux une “quadrangulaire”. Près de 6 millions d’électeurs ne sont pas concernés car le député de leur circonscription a déjà été élu au premier tour (c’est le cas pour 76 d’entre eux).

Sur la journée, estime La Libre Belgique, la participation est “attendue au même niveau qu’au premier tour où elle avait atteint 66,7 %, du jamais-vu depuis la précédente dissolution en 1997”. De fait, estime Le Soir, “ces élections ne sont pas des législatives. Ce scrutin est un référendum. Un référendum pour ou contre l’extrême droite au pouvoir”. Le Guardian britannique va jusqu’à dire qu’il s’agit de “l’une des élections les plus importantes de mémoire d’homme”. “La France se prépare à un bouleversement politique majeur”, abonde la RTBF.

Premiers résultats dans les territoires d’outre-mer

“Ce sera aussi un jour parmi les plus longs pour l’Europe qui, depuis un mois, observe l’Hexagone avec stupéfaction et angoisse”, reprend Le Soir. “L’enjeu c’est l’avenir aussi de l’Union européenne. Le basculement, ou non, dans un monde d’après aussi incertain que terrifiant.” L’enjeu va même au-delà de l’UE, estime la RTBF :

“Les autres capitales occidentales ont le regard tourné vers Paris ce dimanche. Et notamment l’Ukraine.”

Par ailleurs, les premiers résultats sont tombés dans certains territoires d’outre-mer, rapporte Le Soir qui précise bien que “ces résultats ne présument en rien d’une tendance nationale”. En Guadeloupe, La Libre parle de “déconvenue pour le RN”, dont les deux candidats qualifiés pour le second tour n’ont pas transformé l’essai. Les quatre députés sortants indépendants et de gauche retrouvent leur siège.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :