Forte consommation de somnifères depuis le début du Covid-19

·1 min de lecture

Avant même la crise sanitaire, les Français se situaient sur la deuxième marche du podium européen (derrière les Espagnols) des plus gros consommateurs de somnifères (10 millions de Français en 2015). Une semaine après le confinement du printemps 2020, la consommation de somnifères enregistrée en France a augmenté de 6,9 % par rapport à la même période en 2018 et 2019.

Top Santé : Dans votre dernier ouvrage, vous tirez à nouveau la sonnette d'alarme concernant les somnifères... Pourquoi ?

Dr Patrick Lemoine : Parce que le grand public ne semble pas encore avoir intégré la nécessité de dire stop aux benzodiazépines (BZD : Imovane®, Stilnox®, Zolpidem®...) et autres molécules de ce type. En témoigne l'augmentation du recours à ces médicaments révélée par l'ANSM (Agence du médicament) et l'Assurance maladie en juin dernier... Or, si la durée maximale préconisée pour ces traitements est de 4 semaines, 52 % des prescriptions de BZD sont renouvelées pendant au moins 2 ans ! Cela, alors que ces molécules présentent plusieurs effets secondaires plus ou moins graves...

Lesquels ?

P. L. : Tout d'abord, les somnifères peuvent induire une forte dépendance. Lors de ma carrière, j'ai rencontré des patients qui prenaient plus de 50 comprimés de Stilnox® par jour ! De façon plus générale, 25 % des personnes qui en consomment plus de 3 mois deviennent dépendantes et ont des symptômes de sevrage en tentant de les arrêter (anxiété, insomnie). Mais (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Vaccin covid-19 : un bébé vient au monde avec des anticorps
Vaccin AstraZeneka : le "Oui mais..." de la HAS
Pollens : un peu de répit pour ce début de printemps
Le sport sur ordonnance : pour qui ?
DIRECT. Covid-19 en France ce 19 mars : chiffres, annonces