"Fort Boyard" : Quand Bruno Guillon oublie de récupérer la clé à l'issue d'une épreuve

La malédiction de la clé a de nouveau frappé. Samedi soir sur France 2, à l'occasion de la diffusion du 2e numéro de la 33e saison de "Fort Boyard", Olivier Minne et le père Fouras ont accueilli une équipe composée de Elodie Gossuin, Bruno Guillon, Cécile Djunga, Emilie Broussouloux, Ugo de "Koh-Lanta" et Amandine Petit. Mobilisés pour l'UNICEF, tous avaient à coeur de réunir les sept clés nécessaires pour accéder à la salle du trésor.

Cette année, la production a décidé de ressusciter certaines épreuves, parmi lesquelles "La vigie", "La lutte dans la boue" ou encore "La caserne". Et c'est dans cette épreuve que Bruno Guillon s'est illustré malgré lui. Celui qui fait partie des recordmans de l'émission en terme de participations - 11 - avait déjà échoué sur ce jeu en 2014. Cette fois, le père Fouras avait ajouté une sanction potentielle : en cas d'échec, l'animateur de "Chacun son tour" finirait en prison.

C'est donc avec cette pression sur les épaules que Bruno Guillon a affronté le tapis roulant pour acheminer des seaux jusqu'à une colonne d'eau afin de faire monter au fur et à mesure la clé, synonyme de victoire. Malgré la difficulté, le candidat a réussi à s'emparer de la clé et à ouvrir la porte de la cellule pour en sortir. Essoufflé au point de ne plus pouvoir parler, Bruno Guillon a été félicité par Olivier Minne... qui lui a demandé où était la clé.

"C'est arrivé aux plus grands !"

"Elle est sur la porte ! J'ai ouvert la porte...

Lire la suite


À lire aussi

"Fort Boyard" : Thierry de "L'Amour est dans le pré" échoue à une épreuve mais ne s'en rend pas compte
Apeuré, Jarry abandonne une épreuve de "Fort Boyard"
Pourquoi Marlène Schiappa a refusé de participer à "Fort Boyard" sur France 2

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles