Fort Boyard - Amandine Petit : "La production a osé me confronter une nouvelle fois à ma pire phobie"

© Laurent VU / ALP / FTV

Il paraît que vous vous êtes mise au parachutisme depuis quelques mois…

Amandine Petit : Jamais de la vie je ne ferai ça ! J’imagine que vous faites allusion à cette épreuve du saut à l’élastique que je n’ai pas pu accomplir l’année dernière, tellement j’étais tétanisée par la peur du vide ! Cette année, j’ai prié pour que l’animateur, Olivier Minne, ne me désigne pas une deuxième fois. Mais quelque chose me disait qu’il n’hésiterait pas ! Et, en effet, j’avais vu juste…

Non…

Eh oui ! La production a osé me confronter une nouvelle fois à ma pire phobie. Croyez-moi, je n’en menais pas large, mais cette fois-ci, j’ai fait preuve de beaucoup de courage et j’ai effectivement sauté. Que d’émotions !

Vous n’aviez pas posé vos conditions avant de resigner ?

J’avais proposé à mon agent de leur dire qu’il serait préférable que je ne retente pas l’expérience du saut de l’ange. Mais, à quoi bon ? Le but de cette émission, c’est de prendre sur soi. De se surpasser pour remporter un maximum de boyards en faveur de l’association que l’on représente. Cette saison, j’étais prête à repousser mes limites et à relever tous les défis, quels qu’ils soient. Je suis arrivée en grande guerrière !

À lire également

<...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles