Formule1 : Ferrari oublie un pneu pour la voiture de Carlos Sainz

Carlos Sainz a été contrait de patienter plus de 12 secondes pour un simple changement de pneux suite à une erreur d’inattention de son équipe.
Capture d’écran Twitter Carlos Sainz a été contrait de patienter plus de 12 secondes pour un simple changement de pneux suite à une erreur d’inattention de son équipe.

Capture d’écran Twitter

Carlos Sainz a été contrait de patienter plus de 12 secondes pour un simple changement de pneux suite à une erreur d’inattention de son équipe.

FORMULE 1 - Les galères se poursuivent pour l’écurie italienne. Critiquée pour ses choix tactiques parfois hasardeux cette saison face aux monoplaces Red Bull, Ferrari n’a pas manqué de se faire remarquer ce dimanche 4 septembre lors du Grand Prix des Pays-Bas, sur les terres de Max Verstappen.

La course a débuté depuis plus de 14 tours lorsque Carlos Sainz se dirige vers le stand pour effectuer un changement de pneus. Pourtant, ce qui est d’habitude une formalité dans ce sport mécanique s’est transformé en long calvaire pour le pilote espagnol de Ferrari.

Alors qu’un arrêt aux stands (ou « pit-stop » dans le jargon de la F1) ne dépasse que rarement les trois secondes, Carlos Sainz a été contraint d’attendre 13 secondes, un véritable fiasco pour l’écurie italienne qui a oublié d’apporter le pneumatique arrière gauche de la monoplace.

Une situation rocambolesque qui n’a pas manqué de faire rire les commentateurs français, premiers spectateurs impuissants de cette nouvelle faute de l’écurie Ferrari. « C’est une blague, c’est une vaste blague », lâche même le commentateur de Canal+ Julien Fébreau après revisionnage des images.

Perez contraint d’écraser le matériel Ferrari

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Dans la confusion de cette scène dans les stands, un technicien Ferrari a mal rangé le pistolet servant à fixer les pneus sur la Formule 1, comme on peut également le voir sur la vidéo ci-dessus.

Le pilote Red Bull Sergio Pérez, juste derrière, n’a pas eu d’autres choix que de rouler sur cet outil obstruant sa sortie des stands. Un oubli qui aurait pu s’avérer dangereux, car le pistolet aurait pu rebondir sur les membres de l’équipe Ferrari, trop occupés à gérer l’oubli de pneu.

Des imprécisions dans l’écurie du Monégasque Charles Leclerc qui se ressentent à l’issue du Grand Prix. Si la course de Charles Leclerc lui permet de décrocher la troisième place, derrière le britannique George Russel et le vainqueur du jour Max Verstappen, Carlos Sainz a été obligé de se satisfaire d’une anonyme huitième place pour la Scuderia Ferrari.

À voir également sur Le HuffPost : Le GP de F1 de Miami moqué pour cette marina en plastique

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi