Formule 1 : le patron italien de l'équipe Haas, Günther Steiner, est devenu une star grâce à Netflix

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Dans le paddock, caméras et micros suivent partout Christian Horner et Toto Wolff. Mais les directeurs de Red Bull Racing et de Mercedes ont la paix dès qu’apparaît Günther Steiner. Le patron de l’écurie américaine Haas a le bon mot facile et un rictus coquin qui ne quitte jamais son visage. Deux traits providentiels pour les producteurs de Drive to Survive, la série documentaire qui a élargi le public de la Formule 1 depuis 2019. « Qu’est-ce que j’y peux si Netflix veut me suivre lorsque je fais mon travail ou que je pars en randonnée dans la montagne ? », fait mine de s’interroger cet Italien de 57 ans, avec un accent qui trahit sa naissance dans le Sud-Tyrol, près de la frontière avec l’Autriche.

Camper l’un des personnages principaux du show ne lui coûte aucun effort, « à part quelques secondes à chaque fois qu’il faut fixer un micro ». Il n’a même pas regardé un seul épisode, nous a-t-il certifié il y a quinze jours à Imola (Italie), car il ne voudrait pas que « l’image change [sa] façon d’être ». Il se sait populaire depuis qu’il est reconnu dans les aéroports mais il ne fait rien pour : « Ceux qui me perçoivent comme un acteur se trompent. » Tant pis pour ses fans, Günther Steiner n’ira pas à Hollywood – « Je suis trop laid pour ça », précise-t-il avec sa bonhomie habituelle.

Günther Steiner est un vieux routier de la Formule 1

Lui pense d’abord aux spectateurs (re)venus vers la F1 grâce à Netflix, aux retombées pour les équipes peu médiatisées jusqu’alors, comme la si...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles