Formule 1 : ce que Jean Todt attend pour cette nouvelle saison palpitante

·1 min de lecture

Une nouvelle saison et de nombreux changements. Le coup d'envoi du championnat 2021 de Formule 1 est donné dimanche, à Bahreïn. Jean Todt a hâte d'y être. Invité d'Europe 1 dimanche, l'emblématique ex-directeur de la Scuderia Ferrari entre 1993 et 2008 et désormais président de la Fédération internationale de l'automobile (FIA) n'a pas caché son envie de voir à nouveau les moteurs vrombir en avalant les pistes des circuits.

Et il faut dire qu'il y a de quoi : entre le retour du double champion du monde Fernando Alonso après deux ans d'absence et les débuts de Mick Schumacher, le fils de Michael, avec Haas-Ferrari, le spectacle est déjà assuré. 

Un calendrier bouleversé par le Covid…

Mais si Jean Todt est impatient de voir les bolides sur la grille de départ, c'est aussi parce que l'organisation du championnat a été très compliquée par le coronavirus. "Ça a changé beaucoup de choses pour la planète et plus particulièrement pour la Formule 1. Déjà, comme en 2020, il a fallu réaménager le calendrier "en prenant en compte les contraintes pour voyager", indique-t-il. Raison pour laquelle la saison commence avec le Grand Prix de Bahreïn, et non celui de Melbourne, comme il est de coutume. 

Hormis le tracé de Sakhir, toute la première partie de la saison sera tournée vers l'Europe, lieu de résidence de plusieurs écuries. Après le Bahreïn, les pilotes s'affronteront en Italie, au Portugal, en Espagne et à Monaco, avant de partir pour l'Azerbaïdjan. Un programme qui doit permettre de l...


Lire la suite sur Europe1