"Une forme de surprise" : Jean Castex ne s'attendait pas à être Premier ministre

·1 min de lecture

Inconnu du grand public jusqu'à la fin de la première vague de Covid-19, Jean Castex est devenu l'un des visages incontournables de la vie politique française. Après avoir orchestré le premier déconfinement, le haut fonctionnaire de 55 ans a succédé à Édouard Philippe au poste de Premier ministre, le 3 juillet 2020, lors du remaniement. Une nomination qui l'a lui-même étonné, comme il le confie dans les colonnes de Society en kiosque ce jeudi 11 mars. Dans le cadre d'un long dossier, le bimensuel a récolté les témoignages de plusieurs personnes qui évoquent la manière dont ils ont vécu la pandémie de coronavirus ces derniers mois. Parmi eux, le chef du gouvernement raconte : "Début juillet, je suis nommé Premier ministre. Je ressens un grand honneur à l'idée d'exercer ces hautes responsabilités. Je le vis - soyons honnête - avec une forme de surprise."

Jean Castex a eu un parcours exemplaire. D'après le JDD, Édouard Philippe le présentait d'ailleurs comme "l'homme qui a tout sur son CV", tandis que ses proches le surnomment "le Michel Drucker de la politique". Diplômé de Sciences-Po Paris et de l'ENA (promotion Victor Hugo), l'ex-"Monsieur déconfinement" a été nommé directeur de l'hospitalisation et de l'organisation des soins par Philippe Douste-Blazy au ministère de la Santé et des Solidarités, en 2005, avant de devenir le directeur de cabinet du ministre Xavier Bertrand, l'année suivante. Une fonction qui lui a permis de travailler au sein du ministère de la Santé de 2006 à (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Clash Jean-Jacques Bourdin/Apolline de Malherbe : "C'est devenu Game of Thrones"
Meghan Markle n'a "aucun regret" après son interview : "La famille royale devrait être soulagée..."
Roselyne Bachelot étrillée : "Le meilleur conseil que je puisse lui donner, c’est de démissionner"
L'entourage de Marine Le Pen cinglant avec Eric Dupond-Moretti : "C'est une petite machine politique"
VIDEO - Marine Le Pen ne voulait pas d'une célèbre journaliste pour le débat avec Emmanuel Macron