La forme de l'eau (Disney+) : comment ont-ils créé la créature ?

·1 min de lecture

Habitué à nous émouvoir, avec tendresse ou par frisson, à l'instar de films tels L’Échine du diable (2002) ou Le Labyrinthe de Pan (2006), Guillermo Del Toro livre en 2018 une ode à l'amour monstrueusement belle et romanesque baptisée La forme de l'eau. Le film, lauréat de quatre Oscars dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur, nous plonge en pleine guerre froide. Jeune femme muette, Elisa (Sally Hawkins) est employée comme femme de ménage dans un laboratoire ultrasecret du gouvernement américain. Sa vie bascule lorsqu’elle découvre que les scientifiques pour lesquels elle travaille cachent et étudient une étrange créature sous-marine. Au coeur même de cette ode fantastico-romantique, il y a bien sûr... la créature marine. Et c'est au comédien Doug Jones, l'un de ses acteurs fétiches (le faune du Labyrinthe de Pan, c'est lui) que Guillermo Del Toro a confié le rôle de l'amphibien. Un sacré challenge pour ce dernier.

Au total, 90 personnes ont travaillé à l'élaboration de la créature, notamment lors de la phase de pré-production. Une fois le design du "monstre" trouvé, plusieurs exemplaires du costume ont été confectionnés, tous en caoutchouc, pour plus de légèreté, mais aussi pour assurer une certaine liberté de mouvement à Doug Jones. Quelques éléments en silicone ont été ajoutés pour donner cet aspect translucide à la créature. De même que deux semaines d'essais de peinture ont été nécessaires pour trouver la bonne "couleur" à L'Amphibien. A l'instar du maquillage, (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Michael J. Fox se confie sur les ravages de la maladie de Parkinson sur sa carrière : "J'avais 29 ans, on m'a dit que je pourrais travailler 10 ans"
Disney+ : les nouveautés de la semaine du 26 mars au 1er avril 2021
Programmes TV accessibles : notre sélection de films et séries en audiodescription du 27 mars au 2 avril
Louise Bourgoin : pourquoi elle a failli refuser de jouer dans L'amour dure trois ans...
"Nous nous sommes tant aimés" : l’hommage vibrant de Mélanie Thierry à Bertrand Tavernier