Forme de l'œuf, larve étrange et édition génétique : l'actu des sciences en ultrabrèves

·2 min de lecture

Dans cette sélection du 3 novembre 2021 : Une formule mathématique universellement applicable décrivant la forme des œufs a enfin été établie, un fossile de larve aux caractéristiques inhabituelles a été trouvée dans de l'ambre de Birmanie et l'OMS a annoncé ses premières recommandations concernant les recherches en édition génétique humaine.

L'actualité des sciences du mercredi 3 novembre 2021, c'est :

En mathématiques :

  • Le forme caractéristique des œufs, communément appelée "ovoïde" ou "oviforme", posait une colle aux mathématiciens depuis bien longtemps.

  • Une équation universellement applicable a enfin été établie à partir de quatre dimensions faciles à mesurer : la longueur de l'œuf, sa largeur maximale, le décalage de son axe vertical et le diamètre au quart de sa longueur.

  • Non seulement cela permettra de mieux comprendre la forme de l'œuf elle-même et son évolution, mais cette avancée ouvre aussi la voie à de nombreuses applications biologiques et technologiques.

En paléontologie :

  • Un fossile de larve de chrysope présentant des caractéristiques surprenantes a été découvert et intrigue les entomologistes.

  • Des représentant de cette espèce vivent de nos jours, mais leurs larves ressemblent à des vers, contrairement à celle-ci qui possède des appendices très allongés.

  • Il se pourrait que cette organisation corporelle, qu'on retrouve uniquement chez des espèces éteintes, se soit avérée être une impasse évolutive.

En santé :

  • Trois ans après l'annonce de la naissance des premiers bébé humains génétiquement modifiés, l'OMS publie ses premières recommandations sur l'édition du génome humain.

  • Pour éviter que des scientifiques ne tentent d'échapper aux régulations de leur pays, il sera interdit de mener de telles recherches dans les pays n'ayant pas de lois spécifiques en place.

  • Les experts veulent notamment encourager les lanceurs d'alerte et insistent sur le besoin d'amélioration de l'éducation publique sur ces recherches.

En animaux :

  • Les bébés phoques adaptent les sons qu'ils émettent en fonction de leur environnement sonore, modulant leur ton vers les graves quand ils se trouvent dans un milieu bruyant.

  • Cette plasticité vocale est essentielle à la production du langage humain, mais rares chez les animaux et surtout chez les mammifères.

  • Les phoques seraient une espèce intéressante à étudier[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles