Cette forme de démence tout juste découverte est très répandue chez les seniors

En 2019, les neuroscientifiques de l'université du Kentucky aux États-Unis ont découvert une forme de démence surnommée « Late » (pour Limbic-predominant Age-related TDP-43 Encephalopathy). Les symptômes sont proches de ceux de la maladie d'Alzheimer, mais leur origine est différente et encore inconnue. Une accumulation d'une forme anormale de la protéine TDP-43 à l'intérieur du cytoplasme des cellules dans les neurones est l'un des marqueurs de la maladie. Les traitements prescrits pour traiter la maladie d'Alzheimer sont inefficaces dans le cadre de Late.

Une vaste étude clinique a été lancée pour estimer la prévalence de cette maladie dans la population. Toujours en cours, elle fournit ses premiers résultats : environ 40 % des personnes âgées présenteraient cette forme de démence, et plus de 50 % chez celles déjà atteintes d'Alzheimer.

Cette nouvelle forme de démence identifiée toucherait plus de 50 % des personnes âgées atteintes de la maladie Alzheimer. © Martyn, Flickr
Cette nouvelle forme de démence identifiée toucherait plus de 50 % des personnes âgées atteintes de la maladie Alzheimer. © Martyn, Flickr

40 % des patients étudiés présentent cette forme de démence

Quelque 6.000 cerveaux, sous forme de biopsie, de données génétiques et cliniques, ont été analysés pour cette recherche. Les participants avaient en moyenne 88 ans et venaient des quatre coins du monde. Post-autopsie, 39,4 % des patients étaient affectés par Late, quel que soit le stade ; et 54,9 % chez ceux qui présentaient aussi des plaques séniles propres à Alzheimer. « Étant donné que les âges plus avancés sont ceux où la démence est la plus courante, les résultats de Late sont particulièrement importants. Bien qu'il existe de nombreuses différences entre les études qui sont combinées ici, de la conception aux méthodologies, elles révèlent toute l'importance de Late et suggèrent que nos conclusions seront pertinentes au-delà de tout pays ou région du monde », a déclaré Carol Brayne, professeur de santé publique à l'université de Cambridge et membre de l'équipe de recherche.

Les chercheurs souhaitent désormais poursuivre leur...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles