La formation de la croûte de Mars serait bien plus complexe que prévu !

Mars renferme encore bien des secrets et même si son passé humide ne fait plus de doute, la composition exacte de sa croûte et la façon dont elle s’est formée restent encore largement inconnues.

De prime abord, la surface martienne apparait comme uniformément composée de basaltes, des roches volcaniques qui ont été produits par les nombreux volcans qui sont entrés en éruption à la surface de la planète durant plusieurs milliards d’années. Contrairement à la Terre, dont la surface est constamment remodelée par la tectonique des plaques et l’érosion, la surface martienne a été très peu modifiée au cours du temps. Il en résulte que l’étude de sa croûte permet, plus facilement que sur Terre, de reconstruire l’histoire de la planète, les roches et les marqueurs des différents épisodes géologiques n’ayant pas été altérés ou très peu.

Voilà pour la théorie. En réalité, l’étude de la croûte martienne se heurte aux moyens techniques très limités dont nous disposons pour effectuer les recherches sur une planète non habitée et somme toute très éloignée de nous !

Le rover Perseverance à la surface de Mars apporte des observations d'une valeur inestimable mais sur des zones très restreintes. © Tryfonov, Adobe Stock
Le rover Perseverance à la surface de Mars apporte des observations d'une valeur inestimable mais sur des zones très restreintes. © Tryfonov, Adobe Stock

Des basaltes, mais pas seulement !

Pourtant, alors que l’on pensait jusqu’à présent que l’évolution de la croûte de Mars était relativement simple en comparaison de celle de la Terre, une nouvelle étude suggère que l’histoire serait en réalité bien plus complexe.

Tout est parti d’une observation : grâce à la sonde Mars Reconnaissance Orbiter, les scientifiques de l’université de l’Iowa ont étudié la croûte de l’hémisphère sud, région reconnue comme étant la plus vieille de la planète. Ils ont ainsi découvert des zones riches en feldspaths, un minéral entrant dans la composition des laves siliceuses qui n’appartiennent pas à la famille des basaltes. L’instrument Themis, capable de détecter à distance les concentrations en certains éléments chimiques grâce aux réflexions...

> Lire la suite sur Futura