Les forestiers franciliens visés "quotidiennement" par des violences

Les employés de l'Office national des forêts (ONF) en Ile-de-France "subissent quotidiennement des violences" verbales voire physiques suscitées notamment par des coupes d'arbres (AFP/THIERRY ZOCCOLAN) (THIERRY ZOCCOLAN)

Les employés de l'Office national des forêts (ONF) en Ile-de-France "subissent quotidiennement des violences" verbales voire physiques suscitées notamment par des coupes d'arbres, a affirmé mardi l'administration après une enquête interne, condamnant "très fermement" ces actes.

Les "promeneurs, riverains ou associations réagissent parfois violemment" aux interventions de ces professionnels "alors qu'elles arrivent à des moments clés et participent à la vie des forêts", souligne l'ONF dans un communiqué.

"Si les craintes sont légitimes, et les interrogations normales, il n'est malheureusement pas rare de voir les forestiers subir critiques, insultes violentes et autres agressions physiques. Sans oublier, les engins forestiers coûteux qui subissent des saccages : câbles coupés, moteurs bouchés, pneus crevés, vitres cassées ou taguées...", déplore l'administration.

Celle-ci a mené une enquête auprès de ses 230 employés en Ile-de-France et 88% de ceux ayant répondu ont dit avoir été "témoins ou victimes d'une altercation dans l'exercice de leurs fonctions, voire en dehors de leur cadre professionnel".

En détail, 45% ont subi "des reproches verbaux", 22% des "insultes" et 10% ont même été "pris physiquement à partie".

"Questionnés sur les raisons de ces altercations, les forestiers font les mêmes retours: les coupes d'arbres jugées injustifiées (...) ou la remise en question de la pratique de la chasse pourtant nécessaire en l'absence de prédateurs limitant la pression du gibier sur la pousse des jeunes arbres".

"Ces violences vont à l'encontre du rôle des forestiers qui répondent aux attentes actuelles de la société (écologiques, sociétales, récréatives, économiques, climatiques) tout en veillant à conserver ce patrimoine forestier pour les générations futures", remarque l'ONF.

"Si le débat d'idée est légitime, rien ne peut justifier ces attaques et menaces qui mettent en danger les forestiers et pèsent sur leur moral. L'ONF condamne très fermement ces actes", conclut-elle.

Selon l'ONF, l'Île-de-France compte 50 forêts domaniales couvrant 72.500 hectares, qui accueillent chaque année 80 millions de visiteurs.

Ce communiqué est diffusé une semaine après que les représentants de la filière bois, dont le directeur général de l'ONF, ont tiré la sonnette d'alarme au sujet d'agressions "régulièrement" commises contre les forestiers en France, dans une tribune publiée par l'hebdomadaire l'Obs.

tq/boc/abl

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles