Ford sous le coup d'une enquête pénale pour ses émissions polluantes

1 / 2

Ford aura supprimé 7000 emplois, soit 10% de ses effectifs mondiaux, d'ici trois mois

Le constructeur américain va supprimer 7000 emplois d'ici trois mois pour économiser 600 millions de dollars par an.

Ford a annoncé ce vendredi dans un document boursier faire l'objet d'une enquête pénale du ministère américain de la Justice (DoJ) sur les émissions polluantes réelles de ses voitures, après que des employés ont signalé des erreurs dans les données communiquées aux autorités.

"Nous coopérons entièrement", a indiqué le constructeur automobile, ajoutant que l'enquête était encore à "un stade préliminaire" et de ce fait il ne pouvait dire si elle aurait des conséquences sur ses résultats.

Fin février, Ford avait révélé qu'une poignée d'employés avait soulevé, en septembre dernier, des questions sur sa plateforme d'alerte anonyme Speak Up au sujet des modèles analytiques utilisés dans les procédures réglementaires des économies d'énergie et d'émissions d'oxyde d'azote (NOx). Les données sur les émissions polluantes des voitures Ford fournies aux autorités réglementaires étaient tronquées, selon ces employés.

Enquête interne

À la suite de ces alertes, Ford avait ouvert une enquête en interne pour évaluer s'il devait changer ses procédures de mesure d'émissions mais avait alors assuré que cela ne remettait pas en cause les labels d'économie d'énergie accolés à ses voitures. Ford affirmait ne pas être en mesure d'estimer le nombre de véhicules et de modèles potentiellement concernés.

Le groupe avait informé l'Agence américaine de protection de l'environnement et...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi