Les forces de l'ordre sur le qui-vive pour un réveillon sous couvre-feu

·2 min de lecture

Après une année 2020 dévorée par une pandémie mondiale, le "réveillon du 31" sera placé en France sous le signe du couvre-feu, avec 100.000 policiers et gendarmes mobilisés pour que les rues restent vides. 

Après une année 2020 dévorée par une pandémie mondiale, le "réveillon du 31" sera placé en France sous le signe du couvre-feu, avec 100.000 policiers et gendarmes mobilisés pour que les rues restent vides. Levé pour Noël, le couvre-feu destiné à lutter contre l'épidémie de Covid 19 est bien en place pour la soirée de jeudi: tout déplacement entre 20h00 et 06h00 - sauf raison professionnelle - est interdit. Dans plusieurs départements du nord et de l'ouest, la vente et la consommation d'alcool sur la voie publique ont également été prohibées parfois dès la mi-journée.

"La priorité doit être donnée ces prochains jours à la lutte contre les rassemblements non autorisés et les phénomènes de violences urbaines", a intimé en début de semaine aux préfets le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin. Message reçu à Strasbourg où "le maître-mot est l'occupation du terrain", a prévenu lundi la préfète du Grand-Est et du Bas-Rhin Josiane Chevalier. Après un réveillon 2019-2020 marqué par des violences sur les forces de l'ordre et les pompiers, et de nombreuses voitures brûlées, des médiateurs bénévoles seront également présents dans différents quartiers de l’agglomération pour dialoguer avec les habitants et tenter de prévenir des troubles.

Au total, a indiqué le ministère de l'Interieur, 100.000 membres des forces de l'ordre patrouilleront, autant que l'année dernière où des centaines de milliers de personnes étaient attendues ne serait-ce que sur les Champs-Elysées. La "plus belle avenue du monde", traditionnel lieu de rassemblement festif et parfois éthylique, sera ainsi particulièrement surveillée afin d'empêcher toute réunion. Pour limiter les possibilités de rassemblement, le préfet de police de Paris a notamment demandé(...)


Lire la suite sur Paris Match