Quelle force militaire pour la Cédéao ?

AFP - CARL DE SOUZA

La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest veut se doter d'une force militaire anti-terroriste et anti-coup d'État. L'annonce a été faite dimanche 4 décembre à l'issue du sommet des chefs d'État de l'organisation, à Abuja.

La Cédéao aspire à la création d’une force de stabilisation qui doit permettre de lutter contre l'insécurité dans la sous-région. Lorsque les jihadistes se sont emparés du nord du Mali, en 2012, l’organisation ouest-africaine envisageait déjà de mobiliser une force régionale. Mais la réflexion ne s'était jamais concrétisée et le Mali avait dû solliciter l'armée française - l'opération Serval - puis la Misma de l'Union africaine, devenue Minusma lorsque les Nations unies ont pris le relai.

Pour Niagalé Bagayoko, présidente du Réseau africain pour le secteur de la sécurité (African Security Sector Network), « cela va poser des difficultés institutionnelles ». Elle s’interroge aussi sur la question des moyens : « Est-ce que les lacunes d’équipements et de logistique, qui ont très largement été à l’origine de son incapacité à se déployer au Mali en 2012, ont été résolues ? ».

Une alternative à la Minusma


Lire la suite sur RFI