Les « forêts fantômes », nouvelle menace pour le climat

·2 min de lecture

En principe, les arbres captent le CO2 pour relâcher de l’oxygène. Lorsqu’ils meurent, le carbone reste stocké dans le bois, ce qui fait que la forêt peut être considérée comme un puits de carbone. Mais ce cercle vertueux pourrait être complètement chamboulé par la montée des océans. En pénétrant dans la forêt, le sel « aspire » l’eau des cellules des arbres et dessèche les graines. La forêt ne pousse plus et les arbres se meurent, remplacés par des arbustes et des plantes herbacées plus tolérantes au sel. On observe alors des troncs d’arbres dressés verticalement dépourvus de feuilles et de branches, constituant des « forêts fantômes ».

Le phénomène des arbres péteurs

Or, ces arbres morts émettent des « pets » en agissant telle une paille qui aspire le carbone du sol pour le relâcher dans l’atmosphère, atteste une nouvelle étude parue le 10 mai dans le journal Biochemistry. Les chercheurs ont mesuré les émissions de dioxyde de carbone, de méthane et d'oxyde nitreux provenant des souches de pin et de cyprès chauve dans cinq « forêts fantômes » de la péninsule d'Albemarle-Pamlico en Caroline du Nord en 2018 et 2019. Résultat, les arbres morts augmentent les émissions de gaz à effet de serre de l'ensemble de l'écosystème d'environ 25 %, atteste l’étude.

L’élévation du niveau de la mer aboutit à la mort des forêts côtières. © NCWetlands, Flickr
L’élévation du niveau de la mer aboutit à la mort des forêts côtières. © NCWetlands, Flickr

Le sol lui-même demeure toutefois le plus gros émetteur de gaz à effet de serre. Dans les marais côtiers, chaque mètre carré de sol émet en moyenne 416 milligrammes de CO2, 5,9 mg de méthane et 0,1 mg d’oxyde nitreux par heure. Les arbres morts, eux, rejettent environ 116 mg de CO2, 0,3 mg de méthane et 0,04 mg d'oxyde nitreux (protoxyde d’azote) par mètre carré et par heure, soit un quart des émissions du sol. Mais en aspirant le carbone du sol, ils aggravent la situation. « Ces pets d’arbres sont en quelque sorte le dernier souffle des forêts qui se meurent », explique à Science News Marcelo Ardón, écologiste des écosystèmes à...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura