La forêt landaise qui m’a vue naître brûle et c’est une partie de moi qui part en fumée

Depuis la dune du Pilat, la fumée qui s'élève de la forêt de La Teste-de-Buch, en Gironde, où plusieurs milliers de hectares brûlent, est très visible.
THIBAUD MORITZ via Getty Images Depuis la dune du Pilat, la fumée qui s'élève de la forêt de La Teste-de-Buch, en Gironde, où plusieurs milliers de hectares brûlent, est très visible.

THIBAUD MORITZ via Getty Images

Depuis la dune du Pilat, la fumée qui s'élève de la forêt de La Teste-de-Buch, en Gironde, où plusieurs milliers de hectares brûlent, est très visible.

ENVIRONNEMENT - Le 17 juillet 2022, je suis partie en vacances dans les Landes de Gascogne. À Biscarrosse-plage plus précisément. Comme tous les étés, je m’apprêtais à passer un séjour paisible entre océan et forêt, heureuse dans un coin de paradis à l’abri du tumulte parisien et de la fureur du monde, protégée par la forêt et ses multiples ramifications. Mais en cet été 2022 et alors que je descendais du train en gare d’Arcachon, je compris vite que c’était un tout autre paysage que j’allais découvrir.

Un site exceptionnel ravagé par les flammes

A Arcachon, j’avais à peine eu le temps de prendre mes jambes à mon cou pour ne pas rater le bus 46 qui assure la liaison Arcachon - Parentis via Biscarrosse les week-ends de juillet à septembre. La ligne était déviée à travers Sanguinet, car la fameuse route départementale D218 était fermée pour cause d’incendie.

Cette route D218 borde tout d’abord le bassin d’Arcachon et offre une vue plongeante sur les flots à travers le virage de la corniche. Les pinasses qui peuplent le bassin sont autant d’écumes blanches sur l’onde du bassin le plus souvent dépourvue de vagues. De part et d’autres de cette route, la pinède et la chênaie s’étendaient à perte de vue le long du chemin mariant le bleu de l’océan Atlantique au vert émeraude de la forêt. A mi-parcours, la Dune du Pilat surplombe la route du haut de ses 102 mètres de sable blanc.

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Mais cette année, depuis la navette déviée c’est une épaisse fumée grisâtre que l’on voyait s’élever vers le ciel au pourtour de l’océan, alors qu’une odeur âcre emplissait les narines des passagers. Que se passait-il ? L’incendie de la Teste de Buch avait tout ravagé sur son passage, le lendemain ce serait les plages océanes de la Lagune, du petit Nice, qui seraient en bordure des flammes. Et jusqu’où encore ? Le Vivier et Biscarrosse n’étaient plus qu’à quelques kilomètres.

Une chaleur accablante dans un environnement explosif

En descendant du bus place Dufau une fois arrivée à Biscarrosse – plage, j’ai eu l’impression d’ouvrir la porte d’un four, tant la température était accablante. Après avoir été réfrigérée pendant près de 3 heures à bord du TGV Paris-Arcachon, et maintenue au frais dans la navette, le contraste fut saisissant. De mémoire de landaise, je n’avais jamais ressentie une température aussi élevée en juillet, qui dépassait les 40° Celsius à l’ombre dans ces contrées océaniques habituellement tempérées.

Les 200 mètres que j’ai parcourus à pieds, en faisant rouler ma valise et avec mes deux ordinateurs à l’épaule m’ont paru être une éternité. Les roues de ma valise ont cédé dans la fournaise et au contact de la route transformée en véritable brasero. Il était un peu moins de 15 heures, lorsqu’enfin je me suis réfugiée à l’ombre de ma véranda.

Pourquoi la forêt a-t-elle brûlé ?

L’incendie de La Teste de Buch aura emporté 7000 hectares de forêt à ce jour du 24 juillet 2022. Le désastre est immense : tout un patrimoine de la sylviculture s’est envolé. Il faudra des décennies pour le reconstituer. Notre tristesse est profonde et tous pleurent la forêt tant aimée et tant vénérée. La forêt console de tous les maux, elle était là bien avant nous et elle sera là bien après nous, si l’Homme la préserve.

Je connais bien la sylviculture, car ma famille possède une forêt dans la Haute Lande. Dans la lande de Luxey précisément. Or, regarder pousser les pins n’est pas que de tout repos. La forêt c’est comme une histoire d’amour, il faut l’entretenir. Et plus la température monte, plus l’action est nécessaire.

Pourquoi la forêt usagère de la Teste n’a-t-elle pas été entretenue ? Une règle d’usage datant du moyen-âge nous a-t-on dit. Mais qui sérieusement peut prétendre que le Moyen Âge connaissait le réchauffement climatique ?

En regardant la forêt brûler, c’est le chagrin et la désolation qui frappe le regard de l’observateur. Une partie de chacun d’entre nous s’est envolée en fumée. Combien de temps faudra-t-il pour la reconstruire ? Des générations. Combien de temps faudra-t-il attendre pour s’engouffrer à nouveau dans le royaume des sous-bois ? Goûter sa paix et sa tranquillité. Ne dit-on pas qu’il suffit de regarder à travers les aiguilles des pins pour trouver les réponses aux questions que l’on se pose.

Où trouver désormais des réponses dans ce monde si incertain ?

À voir également sur Le HuffPost : Pourquoi l’origine des départs des feux de forêt doit devenir le centre du débat

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles