Forêt amazonienne, consanguinité et baleine grise : l'actu des sciences en ultrabrèves

·2 min de lecture

Dans cette sélection du 3 mai 2021 : au Brésil, la forêt amazonienne ne stocke plus de carbone, les animaux (dont l'humain) ne seraient pas programmés pour éviter la consanguinité, et une baleine grise égarée a été observée pour la première fois en Méditerranée française.

L'actualité du 3 mai 2021, c'est :

En nature :

  • L’analyse par satellite de la biomasse de la forêt brésilienne montre que la déforestation et les dégradations du couvert émettent désormais plus de CO2 que ne peuvent en stocker les arbres.

  • En moyenne sur la décennie, la partie brésilienne de l’Amazonie qui représente 60% de ce massif a émis plus de carbone qu’elle n’en a stocké.

  • A quelques mois de la , prochain round de négociations sur la lutte contre le changement climatique qui doit avoir lieu à Glasgow (Royaume-Uni) en novembre 2021, ces résultats revêtent une importance particulière, car ils mettent en exergue l’effort que la communauté internationale doit accomplir pour préserver ce moyen puissant de limiter la hausse des températures dans la décennie qui vient.

En santé :

  • Dans une revue des travaux sur le sujet (méta-analyse) publiée dans , une équipe suédoise conclut que la plupart des animaux n'établissent pas de stratégie pour éviter la consanguinité : certains pourraient même l'encourager, afin d'éliminer les caractéristiques néfastes à la survie au lieu de les répandre.

  • En cause, il se peut que les conditions de vie soient déjà suffisamment peu propices à la consanguinité, comme lorsque les individus sont très nombreux ou vivent sur de larges territoires, ou si l'espèce en question génère une progéniture importante, alors la consanguinité de certains individus n'empêchera pas l'espèce de survivre.

  • Si la consanguinité peut causer l'accumulation au sein de mêmes individus de caractéristiques génétiques restreintes, elle permet justement d'accumuler les gènes potentiellement néfastes dans des individus voués à mourir, au lieu de les répandre dans la population.

En animaux :

  • Le baleineau, âgé d'une quinzaine de mois environ et mesurant 8 mètres, avait déjà été observé au Maroc début mars et en Italie ces dernières semaines, à Naples, puis Rome et Gênes.

  • La présence de cette espèce de baleine dans de telles eaux est tout à fait inhabituelle car sa pop[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi