Le "forçage génétique" peut-il éradiquer le paludisme ?

Modifier l'ADN des moustiques porteurs du paludisme par "forçage génétique" permettrait d'en venir à bout : c'est le sujet débattu à Montréal lors de la Convention de l'ONU sur la biodiversité. Mais ses détracteurs craignent les conséquences potentielles sur les écosystèmes.

Moyen d'éradiquer des moustiques tueurs ou promesse de désastre ? Le "forçage génétique", technologie capable d'éradiquer ou modifier des espèces entières en intervenant sur son ADN, est au cœur d'un groupe de travail réuni cette semaine à Montréal dans le cadre de la Convention de l'ONU sur la biodiversité. Tandis que ses partisans y voient un moyen de venir à bout des moustiques porteurs du paludisme et autres espèces invasives, ses détracteurs mettent en garde contre un risque de chaos écologique, soupçonnant les arguments sanitaires de masquer des objectifs industriels et militaires.

L’armée américaine finance en partie les recherches pour des raisons « préventives »

A Montréal, les représentants de pays et experts se penchent sur la capacité désormais croissante de la science à manipuler les génomes. Un rapport doit être produit à destination des 195 Etats de la Convention. Parmi toutes ces techniques, le "forçage génétique" est encore peu connu, mais il a de puissants soutiens, notamment l'armée américaine via son Agence pour les projets de recherche de la Défense (DARPA) et la Fondation Bill et Melinda Gates, qui ont investi plusieurs centaines de millions de dollars dans ces recherches [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages