Le footing de cette ado française entre le Canada et les États-Unis l'a conduite deux semaines en détention

HuffPost avec AFP
Le footing de cette ado française entre le Canada et les États-Unis l'a conduite deux semaines en détention.

INTERNATIONAL - Une fin de footing improbable. Une adolescente française, en visite chez sa mère dans l'ouest du Canada, a passé deux semaines dans un centre de détention américain pour avoir -par inadvertance- franchi la frontière alors qu'elle courait sur une plage, ont rapporté des médias vendredi 22 juin.

Cedella Roman, 19 ans, a raconté à la Canadian Broadcasting Corporation (CBC) que l'incident s'est produit le 21 mai, alors qu'elle se trouvait à White Rock (Colombie britannique), une ville frontalière de l'État américain de Washington.

Alors que la marée montait, elle a reculé, emprunté un chemin de terre d'où elle a photographié le paysage avant de rebrousser chemin. C'est alors que deux agents américains en charge de la surveillance de la frontière l'ont accusée d'être illégalement passée de l'autre coté.

"J'avais l'impression d'être dans un film"

"Je leur ai répondu que je ne l'avais pas fait exprès", a-t-elle expliqué à CBC, affirmant n'avoir vu aucun panneau signalant la frontière.

L'adolescente, qui n'avait aucune pièce d'identité sur elle, a rapidement été transférée dans un centre de détention, 200 kilomètres plus au sud. Auprès de RTL, elle relate: "Je me suis dit 'ils ne vont rien me dire à part, vous êtes passée sur le sol américain, vous allez avoir une amende'. Je me suis retrouvée avec des gens qui avaient des problèmes de papiers. J'avais l'impression d'être dans un film, surtout le premier jour".

Les agents la laisseront téléphoner à sa mère qui croit d'abord à une mauvaise plaisanterie: "C'est lorsque je lui ai passé un des officiers qu'elle a tout de suite compris et qu'elle s'est mise à paniquer", explique-t-elle à l'AFP.

Enfermée avec des migrants

Cedella arrive dans un centre de rétention de Tacoma (État de Washington, nord-ouest) entre 1 heure et 2 heures du matin le 22 mai. Sur place, c'est le choc: "Je me retrouve en prison. Nous sommes enfermés en permanence et dans la cour, il y a des barbelés et des chiens". Pendant...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post