Football : le rapport qualité-prix des équipes de Ligue 1

·1 min de lecture

L’argent ne fait pas toujours le bonheur dans le football. Le rapport qualité-prix des équipes de Ligue 1, réalisé par Capital.fr, le confirme. En s’appuyant sur le classement du championnat de France à l’issue de la 29ème journée et sur les estimations du salaire mensuel moyen brut par équipe réalisées par L’Equipe, un classement a été établi, pour voir quels clubs s’en sortent le mieux selon leurs moyens. Et à ce petit jeu, force est de constater que les clubs disposant des plus grosses masses salariales moyennes de Ligue 1 ne brillent pas vraiment.

C’est Metz, 7ème du championnat avec la 19ème masse salariale moyenne (31.000 euros), qui est en tête de notre classement, avec un écart de +12. Les Grenats devancent Lens (6ème de L1 avec la 16ème masse salariale moyenne, +10) et Reims (13ème de L1, 20ème masse salariale moyenne, +7). Ces trois équipes font mieux que Lille, actuel leader, qui affiche la 7ème masse salariale moyenne, soit un écart de +6. Lyon est la première équipe du top 5 des masses salariales moyennes (4ème, 145.000 euros) à apparaître dans notre classement du rapport qualité-prix des équipes de L1 : 3ème du championnat, l’OL affiche un “écart” positif (8ème place ici).

>> A lire aussi - Neymar, Mbappé, Thauvin... ce que gagnent les stars de la Ligue 1

Presque de quoi rendre jaloux le PSG et l’OM, qui possèdent une masse salariale moyenne supérieure à la sienne. Paris, 2ème de L1, est bien sûr l’équipe avec les salaires les plus importants (800.000 euros de salaire (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le Medef dénonce un confinement qui “ne tire pas les leçons des précédents”
L’Allemagne face à une envolée “exponentielle” des contaminations au Covid-19, le variant anglais fait des ravages
La Finlande reste le "pays le plus heureux du monde", Danemark et Suisse complètent le podium
Reconfinement : ruée vers les billets de train et d'avion pour quitter Paris
La Chine menace les Etats-Unis de “mesures fermes” face aux “ingérences”