Football Radamel Falcao, l’homme qui ne s’appartenait pas

Libération.fr

L’attaquant star de l’AS Monaco dispute mercredi soir la demi-finale de la Ligue des champions face à la Juventus de Turin. Jusqu’ici, la carrière du Colombien tenait plus aux aléas de juteux transferts qu’à la juste exploitation de son immense talent.

De tous les joueurs qu’il nous a été donné de croiser, superstars ou non, micro-économies faisant vivre des gens autour de lui ou hommes libres, Radamel Falcao est le seul que nous avons systématiquement vu baisser les yeux face aux questions des journalistes. Attitude paradoxale chez un type comme lui, admiré sous toutes les latitudes, considéré un jour de 2012 par l’entraîneur vedette Pep Guardiola comme «le meilleur joueur du monde» (Lionel Messi, qui jouait alors sous les ordres de Guardiola, avait pourtant déjà deux ballons d’or), et qui ne met pas un pied dehors en Colombie - où il a grandi et dont il défend le maillot national - sans une palanquée de gardes du corps, devant, derrière, entre lui et le trafic des voitures.

Le 25 janvier 2014, en déplacement officiel à Madrid, le président colombien et futur Nobel de la paix, Juan Manuel Santos, s’est fendu d’un crochet pour Lisbonne au Portugal dans l’unique but de présenter au joueur, qui attendait alors son opération après une rupture du ligament antérieur du genou gauche, «les vœux de prompt rétablissement de 48 millions de compatriotes». Ça pose un joueur, ou plutôt ça devrait. Mais Falcao (30 ans), en piste mercredi soir au Stade Louis-II pour une demi-finale aller de Ligue des champions contre la Juventus de Turin, baisse les yeux. Devant un président, vous, moi ou encore un autre.

Un prix officiel de 60 millions d’euros

La blessure au genou était consécutive au tacle d’un défenseur de l’équipe amateure de Chasselay, prof d’histoire-géo quand il n’enfile pas un short. L’attaquant colombien manquant le Mondial 2014 là-dessus, ce joueur amateur fit l’objet d’une traque virtuelle planétaire avec intimidations, menaces de mort, etc. Le propre père de Falcao (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Monaco - Juventus : la jeunesse face à une «Vieille Dame»
Monaco - Juventus : la jeunesse face à une «Vieille Dame»
Volley: Laurent Tillie et le RC Cannes (Liguie A damesà se séparent
Top 14: l’heure des règlements de comptes au Stade Toulousain?
Omeyer/Narcisse: «C’est mieux de vivre ça ensemble»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages