Football: le match OM-Rennes reporté après des violences au centre d'entrainement

·2 min de lecture

Suite à des incidents graves au centre d'entraînement de La Commanderie, pris d'assaut par près de 300 supporters, le match de Ligue 1 OM-Rennes a été reporté à une date ultérieure.  

La tension montait depuis des semaines autour de l'OM et elle a débordé samedi avec des incidents graves au centre d'entraînement de La Commanderie, pris d'assaut par près de 300 supporters, qui ont entraîné le report du match initialement prévu à 21h face à Rennes.

Les faits ont eu lieu en début d'après-midi. Arrivés en cortège derrière une immense banderole sur laquelle on pouvait lire "Cassez Vous" et portant des drapeaux "Dirigeants Dehors", ils se sont massés devant les grilles de La Commanderie et ont immédiatement allumé pétards, feux d'artifice et fumigènes.

Ils en ont lancé un grand nombre au-delà des murs d'enceinte et trois arbres plantés juste à l'entrée du centre d'entraînement ont fini calcinés. En passant par le côté droit du site, par des champs appartenant à une communauté religieuse, une partie de ces supporters se sont ensuite approchés des bâtiments.

Là, ils auraient selon plusieurs médias lancé des pierres vers le bus des joueurs. Certains de ces derniers étaient sur place et auraient assisté aux incidents. Selon Le Parisien et L'Equipe, le défenseur espagnol du club Alvaro Gonzalez aurait même été touché par un projectile. L'OM, interrogé par l'AFP, n'avait pas confirmé ces informations en début de soirée.

Selon la préfecture de police, interrogée par l'AFP, c'est l'intervention de policiers envoyés en renfort qui a permis de "mettre fin aux dégradations". La police a également annoncé 25 interpellations parmi les supporters, ainsi que des blessures légères pour sept policiers et des dégradations sur trois véhicules des forces de l'ordre.

Le match joué à une date ultérieure

En milieu d'après-midi, le calme est revenu à La Commanderie, installée au milieu d'une traverse tortueuse et étroite du 11e(...)


Lire la suite sur Paris Match