Football: Lille et le PSG se neutralisent au terme d’un triste choc

·2 min de lecture

Les Lillois et les Parisiens se sont quittés dos à dos (0-0) en clôture de la 16e journée de Ligue 1, ce dimanche 20 décembre. Le LOSC reprend la tête du championnat à l’issue de ce choc bien terne. Le Paris Saint-Germain reste troisième.

C’est encore un match au sommet bien fade auquel a pris part le Paris Saint-Germain, ce dimanche 20 décembre. Une semaine après leur triste défaite à domicile face à Lyon (0-1), les Parisiens ne sont pas parvenus à surprendre une équipe de Lille, maître dans l’art d’attendre.

Ce choc entre le leader et son dauphin, avant cette 16e journée, laisse tout le monde sur sa faim. Au Stade Pierre-Mauroy, plus que les deux meilleures attaques du championnat, ce sont surtout les deux meilleures défenses qui se sont exprimées pour nous offrir ce triste 0-0. Un match nul qui profite surtout à Lille, en tête de la Ligue 1 avec avec un point d’avance sur Lyon deuxième, et le PSG troisième.

Paris un peu plus entreprenant

Le duel entre l’équipe la plus séduisante de ce début de saison (Lille) et la mieux armée (Paris) n’a donc jamais vraiment démarré. Les Parisiens ont eu le monopole du ballon (69,3%), c’était attendu. Mais, ils n’en ont pas fait grand chose. Certes, quand on fait les comptes, les meilleures occasions sont parisiennes : déviation de Kean en aile de pigeon (42e), Fonte tout proche de tromper son propre gardien (45e), et de nouveau l’international italien servi par Kurzawa (51e). Mais ce PSG laisse cette impression de ronronner sans jamais vraiment accélérer.

Seul éclair de génie pour Paris : un tacle défensif remarquable de Presnel Kimpembe sur Yilmaz alors que le défenseur parisien était seul face à trois lillois, et qu’il s’était claqué quelques foulées avant son intervention. Héroïque, l’international français est sorti sur blessure juste après (81e).

Lille obtient ce qu'il cherchait

Le LOSC, de son côté, a procédé en contre. Là aussi, c'était attendu. Néanmoins, force est de constater que les Lillois n’ont inquiété Navas qu’à une reprise sur une frappe lointaine de Yilmaz (75e). Un tir cadré au total pour Lille, c’est trop peu pour un prétendant au titre qui s’est surtout attaché à ne pas perdre.

L’entrée en jeu pour le dernier quart d’heure de Kylian Mbappé, diminué le jour de ses 22 ans, n’a pas eu l’effet escompté. Neymar, blessé à la cheville, n’était pas là pour ce choc qui n’avait que le nom. Et c’est peut-être quand il est absent que les Parisiens se rendent compte qu’il est important.