Football: l'équipe de France piégée par la Finlande avant le choc contre le Portugal

·2 min de lecture

La soirée de matches internationaux de foot en Europe a été marquée par une énorme surprise: la défaite concédée par la France, championne du monde, devant la modeste Finlande, victorieuse 2-0 au Stade de France mercredi.

Douloureuse piqûre de rappel: l'équipe de France, diminuée par les blessures mais surtout complètement hors du coup à Saint-Denis, a été piégée mercredi en amical contre la Finlande (2-0). Inquiétant à trois jours du choc de Ligue des nations au Portugal. Sur la pelouse froide d'un Stade de France à huis clos, il n'y avait certes que deux titulaires du Mondial 2018 dans les rangs tricolores au coup d'envoi. L'enjeu était certes nul ou presque, au milieu d'un automne surchargé en rencontres. Kylian Mbappé, Raphaël Varane et Lucas Hernandez n'ont certes pas joué, tandis qu'Antoine Griezmann n'est entré en jeu qu'une demi-heure.

Mais aucun de ces arguments ne suffira pour excuser la performance insipide des Tricolores, dépassés par les relances assassines de la 55e nation mondiale, dont les joueurs, à en scruter leurs visages étonnés, doivent toujours avoir du mal à y croire.

Et voici les Bleus dans le doute, trois jours avant le déplacement le plus important de leur année 2020, à Lisbonne chez Cristiano Ronaldo. Il faudra gagner ou faire match nul avec au moins un but marqué pour prendre seul la tête du groupe de Ligue des nations avant de recevoir la Suède mardi, encore à Saint-Denis.

Cette troisième défaite depuis le Mondial (après les revers 2-0 aux Pays-Bas et en Turquie) est aussi pour les Bleus la première à domicile depuis près de deux ans et un amical contre la Colombie en mars 2018 (3-2).

Thuram manque de réussite

La première sélection de Marcus Thuram (23 ans) aurait dû être une fête pour le fils de Lilian, 12 ans et cinq mois après la 142e et dernière cape de son papa (record). Cela s'est terminé en gâchis frustrant pour l'attaquant de Mönchengladbach, l'homme le plus en vue des Bleus mais aussi, forcément, celui ayant le plus manqué de réalisme (barre à la 15e, reprise de volée au-dessus à la 17e, tir contré à la 45e+1, frappe captée à la 70e...).

Manque de chance: ce sont les deux petits nouveaux de la sélection... finlandaise qui ont crevé l'écran. Un autre Marcus, Forss de son nom de famille, a sublimé une perte de balle de Moussa Sissoko (28e). Et Onni Valakari a crucifié Steve Mandanda d'une frappe lointaine (31e), laissé seul par Paul Pogba et Steven Nzonzi après une mauvaise passe de Wissam Ben Yedder.