Football : un fauteuil pour quatre, c'est la super Ligue 1

·4 min de lecture

À quatre journées de la fin du championnat de France, Lille, Paris, Monaco et Lyon peuvent encore tous prétendre mathématiquement à la couronne de champion. Tour d'horizon des dynamiques de ces quatre équipes.

Ces dernières années, la Ligue 1 s'était habituée aux sacres précoces du PSG dès les premières chaleurs du printemps, si on excepte "l'accident" de 2017 et le titre de Monaco. Mais 2021 est une année qui ne ressemble à aucune autre. Dans les stades vidés par la pandémie, la course au titre de champion de France est à nouveau passionnante. À quatre journées de la fin, Lille, le PSG, Monaco voire Lyon peuvent encore prétendre à la couronne de roi de France.

Outre la première place, la bataille pour les places qualificatives pour la Ligue des champions fait tout autant rage. Car des quatre équipes qui nous offrent un final haletant, une échouera au pied du podium et devra se contenter de la Ligue Europa l'an prochain. Un rang actuellement occupé par Lyon.

Revue des forces en présence :

• L'Olympique lyonnais (4e) : assurer le podium

L'OL a perdu gros dimanche 25 avril face à Lille. Alors qu'ils menaient 2 à 0, les hommes de Rudi Garcia ont laissé Lille les renverser (2-3). Une défaite qui a expulsé Lyon du podium et l'a repoussé à six longueurs du leader nordiste. Dans ces conditions, le titre reste mathématiquement possible mais hautement improbable tant il requerrait une série de contre-performances des équipes qui occupent le podium.

Lyon a désormais des soucis plus réalistes en tête : obtenir une place qualificative en Ligue des champions. Le déplacement à Monaco ce week-end est à ce titre capital : avec quatre points de retard sur leurs adversaires avant le match, une nouvelle défaite les condamnerait à se contenter de la Ligue Europa.

"Nous pensons qu'il y a encore un coup majeur à jouer. Nous devrions être qualifiés en Ligue Europa dans laquelle nous pourrions aussi être ambitieux, si par malheur nous restions à notre classement (4e) car aucune équipe en France n'a encore gagné cette compétition dans la configuration actuelle", a expliqué Jean-Michel Aulas, le président de l'OL. Avant d'ajouter : "[Mais] ce n'est pas notre motivation prioritaire, qui est de nous qualifier pour la Ligue des champions, par tous les moyens."

• L'AS Monaco (3e) : la chevauchée fantastique de 2021

C'est l'histoire d'un retour fracassant. Loin du podium et des premiers rôles durant la première partie de saison, le club du Rocher est revenu en force à la fin de l'année 2020 avant de poursuivre sur sa lancée en 2021. Toutes compétitions confondues, l'ASM a disputé 20 rencontres depuis le début de l'année civile. Hormis une défaite face à Strasbourg le 3 mars , Monaco a remporté 16 victoires et a concédé trois matches nuls. C'est tout simplement le meilleur bilan du quatuor de tête.

Quatrième de L1 depuis le 15 janvier, l'écurie princière s'est emparée de la 3e place mi-mars et regarde désormais plus haut, espérant surprendre le duo PSG-Lille. Monaco a certes besoin d'un faux pas de ses adversaires pour pouvoir monter encore d'un cran ou deux mais sa dynamique peut lui donner confiance.

"J'ai le sentiment que les joueurs y croient. Je ne veux pas les empêcher de rêver. On peut arriver 3e, 2e, peut-être plus. Tout est ouvert, il faut qu'ils en profitent", veut croire l'entraîneur, Niko Kovac.

• Paris SG (2e) : dans l'inhabituelle position du chasseur

Vainqueur de sept des huit derniers championnats, le PSG a la force de l'habitude au moment de se présenter dans ce sprint final. Cependant, Paris est dans une position inhabituelle : celle du chasseur, alors qu'il est généralement loin devant à cette période de l'année. La faute à huit défaites en Ligue 1 cette saison, une première depuis le rachat du club par le Qatar.

Si Paris peut compter sur son effectif pléthorique de stars et le plus favorable des calendriers des prétendants au titre, il faudra faire attention à ne pas se disperser : au moment d'aborder son match contre Lens samedi, le PSG aura sans doute en tête sa demi-finale retour de Ligue des champions et l'exploit qu'il devra réaliser sur la pelouse de Manchester City, mardi prochain. Il serait dommage de perdre sur les deux tableaux.

• Lille OSC (1er) : les "Dogues" ne veulent pas lâcher "leur os"

C'est la seule équipe qui a son destin en main à l'heure actuelle. S'ils gagnent leurs quatre derniers matches, les Lillois sont assurés d'être champions. Simple. Basique.

Des quatre prétendants au titre, c'est l'équipe la plus régulière depuis le début de la saison. Et ces dernières semaines, les "Dogues" ont affiché des ressources mentales insoupçonnées, symbolisées par des points gagnés en fin de match, à l'image de leur renversante victoire face à Lyon.

"On est devant, les joueurs tiennent quelque chose et ils doivent tout faire pour ne pas qu'on leur prenne. Comme un chien avec un os dans la bouche. Ils l'ont. Personne ne doit venir leur enlever, ils doivent avoir ça en tête", commande l'entraîneur Christophe Galtier, qui veut enfin y croire.