Football : un club saoudien, prêt à toutes les folies pour attirer Cristiano Ronaldo

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© VALTER GOUVEIA / NURPHOTO / NURPHOTO VIA AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

L'Arabie saoudite , pays de toutes les démesures, y compris en football. L'un des clubs du championnat local voudrait attirer la star portugaise Cristiano Ronaldo qui souhaiterait quitter Manchester United cet été. Tout ça est très sérieux sur l'île de L'amour et d'après des médias portugais, une offre très détaillée a été soumise au club anglais.

30 millions d'euros ont d'abord été proposés à Manchester United pour racheter la dernière année du contrat du quintuple Ballon d'or. 20 millions seraient ensuite versés à ses agents et le joueur se verrait proposer des émoluments XXL : 250 millions d'euros répartis sur deux ans, le plus gros salaire jamais proposé dans le football. L'équivalent de deux Airbus A320 ou d'environ 400 Ferrari. Après les Etats-Unis, la Chine, le Qatar et les Emirats arabes unis , destination prisée des footballeurs attirés par l'argent et les palmiers, c'est au tour de l'Arabie Saoudite de faire sauter la banque. Vincent Chaudel, économiste du sport.

Ronaldo souhaite rester en Europe

"L'Arabie saoudite est donc le dernier très puissant acteur à rentrer dans cette compétition, avec le rachat notamment de Newcastle, avec le Dakar, avec la création d'une ligue de golf. Avoir le joueur le plus connu au monde en termes de réseaux sociaux, c'est plus de 500 millions de followers. Le monde entier parlerait de l'Arabie Saoudite et de Cristiano Ronaldo dans ce championnat", estime Vincent Chaudel, économiste du sport.

Il reste toutefois peu probable que Crist...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles