Foot US: Tanoh Kpassagnon, un guerrier d’origine africaine au Super Bowl

·4 min de lecture

Les Chiefs de Kansas City défendront leur titre de champions nord-américains de foot US, dans la nuit du 7 au 8 février 2021, face aux Buccaneers de Tampa Bay. Lors de ce 55e Super Bowl NFL, ils compteront dans leurs rangs Tanoh Kpassagnon, dont le père est ivoirien et la mère ougandaise. Présentation.

Il y aura un petit goût d’Afrique lors du 55e Super Bowl, ce 7 février 2021 à Tampa, au Sud-Est des États-Unis. Lors de cette toujours très attendue et très médiatisée finale du championnat nord-américain de foot US (NFL), on trouvera en effet Ndamukong Suh, dont le père est Camerounais, dans les rangs des Buccaneers de Tampa Bay.

Mais il y aura aussi Tanoh Kpassagnon du côté des tenants du titre, les Chiefs de Kansas City. Comme Suh, ce fils d’Ivoirien et d’Ougandaise évolue en défense. Il confie à rfi.fr sa fierté de disputer un deuxième Super Bowl de suite. « Avoir l’occasion de revenir sur la plus grande scène, c'est tout simplement incroyable, savoure celui qui dispute sa quatrième saison en NFL. L'année dernière, c'était notre première fois au Super Bowl. Il y avait beaucoup de choses nouvelles. Cette année, nous sommes un peu plus habitués à ce sentiment. Nous sommes un peu plus préparés à cela ».

Le 2 février 2020, les Chief étaient sacrés 31-20 face aux 49ers de San Francisco. Un an plus tard, Tanoh Kpassagnon assure pourtant être resté le même, malgré cette consécration. « Gagner le Super Bowl l'année dernière a attiré plus d'attention. Ça a été cool. Mais ma vie n'a vraiment pas trop changé, vous savez. Je suis dans la même équipe, je fais les mêmes choses », relativise ce beau gabarit de 2 mètres et 130 kilos.

« Le profil pour être une superstar en NFL »

À 26 ans, Tanoh Kpassagnon possède encore une belle marge de progression, à en croire Marc-Angelo Soumah, ex-joueur NFL, ancien président de la Fédération française de football américain et actuel consultant pour le groupe audiovisuel beIN Sports. « Par rapport à sa taille, son poids, sa vitesse et sa puissance, c’est un joueur qui a tout le profil pour être une superstar en NFL. Il faut savoir qu’il ne jouait pas nécessairement du côté défensif. Il n’a pas une grosse culture football. Il développe celle-ci au fur et à mesure », décrypte-t-il.

Si Marc-Angelo Soumah estime que Tanoh Kpassagnon a joué un rôle « secondaire » dans la conquête du Super Bowl 2020, son importance chez les Chiefs semble toutefois grandissante. « Il vient d’une petite université, Villanova, qui n’est pas la première à laquelle on pense pour le recrutement des professionnels, ajoute-t-il. Mais, de part ses qualités athlétiques, il est très intéressant pour les pros. C’est un joueur qui est plutôt en développement par rapport à ses débuts. Ses statistiques ne cessent d’ailleurs de progresser et il commence vraiment à être le joueur qu’on attend de lui, du côté de Kansas City ».

« Mes racines africaines sont importantes pour moi »

En Afrique aussi, on semble attendre beaucoup de Tanoh Kpassagnon, selon l’intéressé. « J'ai beaucoup de fans en-dehors des États-Unis, assure-t-il. Beaucoup d'entre eux viennent d'Ouganda et de Côte d'Ivoire. […] L'année dernière, après le Super Bowl, je devais aller en Côte d’Ivoire. Mais le coronavirus a bloqué les choses. J'étais censé rencontrer le Premier ministre, le ministre des Sports et beaucoup de personnes ».

Tanoh Kpassagnon poursuit, avec une pointe d’émotion dans la voix : « Mes racines africaines sont importantes pour moi. Ma mère est venue ici quand elle avait environ 20 ans, pour des études universitaires. Elle et mon père se sont rencontrés durant leurs doctorats. La première fois que je suis allé en Afrique, j'avais probablement 8 ou 9 ans. Je suis allé avec ma mère en Ouganda. Elle m'a montré son village, où elle a grandi, et les choses qu'elle a dû traverser, endurer, juste pour arriver là où elle en est désormais. Cela a été une énorme source de motivation pour moi. Et puis j'ai pu voir mon père pour la première fois, quand j'avais 11 ou 12 ans. J'ai pris un avion seul pour la Côte d'Ivoire, ce qui équivaut à un voyage de deux jours. Mes racines sont vraiment importantes pour moi. »

À tel point que ce fan de Didier Drogba, DJ Arafat, DJ Lewis et Magic System ne dirait pas non si on lui demandait d’aider à la promotion du football américain en Afrique. « J'adorerais développer ce sport là-bas. Il y a beaucoup d'enfants qui ont faim de ce sport », conclut-il, quelques jours [1] avant de défier les Buccaneers du mythique Tom Brady.

[1] Les réponses de Tanoh Kpassagnon ont été transmises par le service de communication des Chiefs, le 2 février.