Foot - Transferts - Transferts : un mercato d'hiver condamné à être calme ?

L'Equipe.fr
1 / 4

Foot - Transferts - Transferts : un mercato d'hiver condamné à être calme ?

Mis en place pour permettre aux clubs d'ajuster leur effectif, le mercato d'hiver est calme cette saison en France. Très calme, même. Plus que l'an dernier ? Comparatif avec les mouvements de janvier 2019. C'est un fait : moins de transferts ont été effectués lors des seize premiers jours du mercato d'hiver cette année. Douze achats ou prêts dans le sens des arrivées ont été recensés, contre 17 en 2019. Alors que plus de la moitié de cette période des transferts s'est écoulée, onze clubs de Ligue 1 n'ont pas - encore ? - enrôlé de recrues : Amiens, Angers, Dijon, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, le PSG, Reims, Rennes et Saint-Etienne. L'an dernier, trois formations de l'élite ne s'étaient finalement pas renforcées : Lyon, Nice et Nîmes. Au total, 47 arrivées avaient été enregistrées. Une star avait déjà rejoint l'Hexagone le 17 janvier 2019 : venu pour aider Thierry Henry, Cesc Fabregas s'était engagé avec Monaco six jours plus tôt, le 11. Les autres mouvements de joueurs à la réputation de « crack » se sont déroulés ensuite : Mario Balotelli a quitté Nice pour Marseille le 23 janvier, tandis que Leandro Paredes a été débauché par le PSG au Zénith Saint-Pétersbourg le 29 janvier. Pour l'instant, aucun joueur à la solide réputation continentale ou mondiale n'est en approche. Si Olivier Giroud avait ouvert la porte à un retour en L1, avant Noël, c'était plus par diplomatie que par réelle envie. L'écart au niveau des arrivées s'explique, aussi, par la différence de comportement du club de la Principauté. En immenses difficultés la saison dernière, l'ASM avait accueilli neuf nouveaux joueurs. Cinq étaient déjà arrivés à cette date : Foster avait signé le 2 janvier, Naldo le 3, Ballo-Touré le 10, Fabregas le 11 et Vainqueur le 12. Gelson Martins (le 27), Vinicius (le 30), Nkoudou et Adrien Silva (le 31 tous les deux) avaient suivi. Rien à voir cette saison. En comptant Jorge, qui a terminé son prêt à Santos, seul Strahinja Pavlovic (18 ans) a été acheté par Monaco. Mais il faudra attendre pour voir le défenseur serbe en action : l'international Espoirs a été prêté dans la foulée au Partizan Belgrade. En janvier 2019, le PSG a cassé la tirelire pour Leandro Paredes, en lâchant 47 millions pour l'Argentin, record de ce mercato. Auparavant, un seul transfert avait atteint un montant à deux chiffres : celui de Fodé Ballo-Touré, transféré de Lille à Monaco pour une somme oscillant entre 11 et 14 millions d'euros. Le mercato actuel suit cette tendance : la somme déboursée la plus élevée depuis janvier est à mettre à l'actif de Bordeaux. Les Girondins ont recruté Rémi Oudin pour 10 millions d'euros, dont 8 seront versés à Reims cet été. La saison dernière, seuls trois des dix-sept clubs ayant ouvert leurs portes à de nouveaux joueurs avaient terminé leur mercato avant le 17 janvier. Montpellier avait déjà accueilli Mathias Suarez (le 2 janvier) et Mihailo Ristic (le 12). Toulouse, de son côté, avait acté dès la fin décembre l'arrivée du défenseur japonais Gen Shoji. Mais finir rapidement son marché n'est pas gage de réussite. Lancée dans une opération maintien, Guingamp, la lanterne rouge, s'était attaché les services de cinq joueurs entre la fin décembre (joueurs prêtés ou libres) et début janvier : Alexandre Mendy, Didier Ndong, Papy Djilobodji, Johan Larsson et Medhi Merghem. Cela n'avait pas empêché le club breton de finir à la dernière place. La saison dernière, les trois derniers jours du mercato s'étaient montrés intenses : 20 des 47 arrivées s'étaient conclues entre le 29 et le 31 janvier, soit 43 %. Certains clubs avaient même fait la totalité de leurs emplettes sur cette courte période. Saint-Etienne avait jeté son dévolu sur le Monégasque Aït-Bennasser (le 30 janvier) et le Bordelais Valentin Vada (31 janvier), débarqués en prêts. Amiens, de son côté, s'était fait prêter l'attaquant Serhou Guirassy et le latéral Erik Pieters lors du dernier jour. Autre exemple, Nantes avait attiré le Lillois Edgar Ié (30 janvier), le Florentin Valentin Eysseric (31 janvier) et le Croate Antonio Mance (31 janvier), également en prêts. On l'a compris, en cette période où l'argent vient à manquer, les prêts sont en vogue. Et ils pourraient de nouveau débloquer bien des situations prochainement.