Foot - Superligue européenne, un projet en quatre actes

L'Equipe.fr
·5 min de lecture

En démissionnant de son poste de président du Barça, Josep Maria Bartomeu a indiqué que le club catalan avait accepté de participer à une future Superligue européenne entre les plus grands clubs du continent. Un projet qui ne date pas d'hier.

Josep Maria Bartomeu n'a pas quitté le FC Barcelone sur la pointe des pieds. Contraint à la démission après une motion de censure à son encontre signée par plus de 20 000 socios catalans, le dirigeant de 57 ans a lancé une véritable bombe en conférence de presse mardi soir. « Le comité de direction a approuvé hier (lundi) l'acceptation des prérequis pour participer à une future Superligue européenne entre clubs de football », a-t-il déclaré, quelques minutes après avoir annoncé sa démission du club catalan.

L'ancien président Blaugrana a donc officialisé ce projet de ligue fermée ou semi-fermée, réservée aux grands clubs du continent, remis au goût du jour par Sky Sports. Selon le média britannique, les négociations en vue de la création de cette nouvelle compétition seraient sur le point d'aboutir.

2015 : la première trace écrite
Pourtant ce projet n'est pas récent. En 2018, les Football Leaks avaient révélé que la première trace écrite datait de 2015. Dans une enquête publiée par Der Spiegel, Le Soir et The Guardian, on apprend que Charlie Stillitano, le directeur exécutif de Relevent Sports, la société qui organise l'International Champions Cup, a envoyé un mail en décembre 2015 à des dirigeants du Real - et en particulier José Ángel Sánchez, directeur général du club et responsable marketing - dans lequel une première ambition de Superligue est évoquée.

lire aussi
Football Leaks - Barça, Bayern, Real Madrid, Juventus : comment les plus gros clubs européens font pression sur l'UEFA

Cette compétition serait composée de dix-sept clubs européens, les plus riches, et d'un 18e représentant issu du Portugal, de la Russie, de la Turquie ou des Pays-Bas. Les matches se dérouleraient les mardis, mercredis et samedis, sur une période de 34 semaines.

Le journal Britannique The Sun évoque même des « discussions secrètes » entre les représentants des principales écuries anglaises et Relevent Sports. Une allégation démentie quelques jours plus tard par un porte-parole d'Arsenal. S'il a concédé début mars 2016 qu'une réunion avait bien eu lieu, il a réfuté l'idée qu'un tel championnat soit à l'étude : « Ni Arsenal ni aucun club présent à cette réunion ne cherche à changer la Premier League et le paysage européen, et aucune conversation autour du remplacement de la Premier League ou de la création d'une Superligue européenne n'a eu lieu. »

2018 : un projet au coeur des Football Leaks
Le plan aurait ensuite légèrement évolué. Il intégrerait onze membres fondateurs et des potentielles invitations. Toujours dans le cadre des Football Leaks, Mediapart dévoile un nouveau dessein de Superligue dont le média a pris connaissance en récupérant un mail envoyé au Real Madrid.

Ce document de treize pages datant du 22 octobre 2018 a été adressé par Key Capital Partners, une société financière basée dans la capitale espagnole. Les onze participants qualifiés de « fondateurs », uniquement des grandes puissances (Real, Barça, Juve, Milan, Bayern, PSG, Manchester United, Liverpool, Arsenal, Manchester City, Chelsea), étaient assurés de prendre part à ce tournoi pendant 20 ans.

lire aussi
Football Leaks : un nouveau projet de « superligue privée » dans les tuyaux


Pour respecter le droit européen de la concurrence, les cinq autres formations, celles dites « invitées initiales » (Atlético, Roma, Inter, Dortmund, OM), étaient quant à elles interchangeables. Une telle formule, qui n'a jamais vu le jour faute de soutien des clubs sondés, le PSG ayant notamment botté en touche, aurait été complètement incompatible avec la poursuite des coupes européennes de l'UEFA.

2019 : le président du Real prend les choses en main
Cette fois-ci, c'est le New York Times qui annonce que Florentino Pérez a été en négociations avec le fonds d'investissement CVC et la FIFA pour la création d'une superligue européenne des clubs. Le boss du Real Madrid avait même engagé des pourparlers avec ses homologues et Gianni Infantino. Selon les informations révélées par le journal américain, l'objectif était de fonder une compétition en 2024 qui aurait regroupé deux divisions de vingt équipes avec des affiches européennes prévues chaque semaine. Comme lors des ébauches précédentes, il était question de réunir des adeptes essentiellement issus des cinq grands Championnats du vieux continent, d'autres écuries telles que Porto et l'Ajax auraient pu être invitées.

lire aussi
Le Real Madrid veut créer une superligue européenne

Cette proposition avait provoqué l'ire d'Aleksander Ceferin, le président de l'UEFA y voyant une menace pour la Ligue des champions. « J'ai lu des choses sur ce plan totalement fou, s'était-il emporté par un message publié sur les réseaux sociaux en décembre 2019. Si je comprends bien, l'idée vient d'un seul président de club et d'un dirigeant du football mondial. Difficile de trouver une idée plus égoïste. Cela tuerait le foot. Cela profiterait seulement à quelques personnes. » C'était précisément l'ambition de Florentino Pérez : faire en sorte que les grandes puissances du ballon rond se partagent seules les droits télé et retombées commerciales.

2020 : Manchester United, Liverpool en négociations, le FC Barcelone officialise
Nouvelle idée, nouveau format et nouveau nom : l'European Premier League serait actuellement à l'ébauche pour rassembler dix-huit participants savamment piochés dans les meilleurs championnats (Angleterre, Espagne, Italie, Allemagne, France). Selon Sky Sports, la FIFA est l'origine de cette énième proposition, l'instance internationale souhaitant trouver un ersatz à l'actuelle Ligue des champions dès 2022.

Les membres engagés s'affronteraient lors d'une première phase pendant la saison européenne. Les mieux classées disputeraient ensuite un format à élimination directe pour conclure le tournoi, avec des récompenses de plusieurs centaines de millions d'euros à la clef.

Toujours selon le média britannique, jamais la refonte du foot européen n'a été aussi proche de se concrétiser « au moins douze équipes » étant déjà dans la course. Parmi elles : Manchester United et Liverpool, les deux clubs anglais les plus historiques, seraient non seulement séduits par l'idée mais d'ores et déjà en train de négocier pour intégrer cette Superligue européenne fermée. La FIFA aurait déjà fait appel à la banque JP Morgan pour lever 6 milliards de dollars nécessaires pour faire de ce projet une compétition bien réelle.