Foot - A. Marseille - L'Athlético Marseille veut s'installer à Aix-en-Provence et devenir l'Athlétic Football Club Aixois

L'Equipe.fr

L'Athlético Marseille (National 3) veut changer de nom pour s'installer à Aix-en-Provence, alors même qu'il est sous la menace d'une nouvelle rétrogradation administrative. S'il parvenait à ses fins, le club se transformerait en « Athlétic Football Club Aixois » à la fin de la saison. L'Athlético Marseille, ex-Consolat, veut à nouveau changer de nom pour déménager à Aix-en-Provence, délaissant son implantation historique dans les quartiers nord de la cité phocéenne. Son nouvel intitulé ? Selon nos informations, il s'agit de l'Athlétic Football Club Aixois (AFCA). Cette nouvelle structure serait dotée d'un logo à bandes jaune et rouge (il est bleu et noir pour l'Athlético Marseille). Comme annoncé par L'Équipe fin janvier, l'Athlético Marseille (National 3), dirigé par l'ex-agent Karim Aklil et soutenu par l'animateur Cyril Hanouna, envisage donc un départ à 30 km au nord de la métropole, alors même que l'Athlético a été rétrogradé « à titre conservatoire », sur décision, le mois dernier, de la commission régionale de contrôle des clubs de la Ligue Méditerranée. Une décision pendante ; le club marseillais pourrait la voir levée, au printemps, s'il se conforme aux demandes de l'instance régionale. Les nouveaux plans de l'Athlético Marseille figurent sur une plaquette de présentation de 9 pages, agrémentée de citations d'Albert Camus et Nelson Mandela, que nous avons pu consulter. « En juin 2020, l'association deviendra le club de l'Athlétic Football Club Aixois », explique le document provisoire, qui annonce également que son équipe première « évoluera en National 2 » dès la saison prochaine, écartant la menace actuelle d'une rétrogradation administrative, qui pourrait le faire redescendre d'un ou plusieurs crans à la fin de cette saison. Sportivement, l'Athlético Marseille est actuellement leader de son groupe de N3, avec trois points d'avance sur Aubagne. Le futur AFCA affiche ses objectifs, avec l'ambition « de devenir un club de football professionnel performant en Ligue 2 et Ligue 1 dans les 5 ans à venir ». En prenant le contrôle de l'Athlético Marseille, en mars dernier, Karim Aklil avait exprimé son ambition de monter en L2 à l'horizon 2022. Avant que le club ne subisse une première rétrogradation administrative (de N2 en N3), l'an dernier, en raison de sérieux problèmes de gestion, qui perdurent cette saison. Dans l'organigramme virtuel présenté dans cette plaquette, Aklil disparaît de la direction du club, au contraire du « team manager » Mamadou Niang, ex-attaquant et capitaine de l'OM (et dont Aklil fut l'agent). Cyril Hanouna figure toujours au rang des trois principaux actionnaires, avec l'avocat Stéphane Hasbanian (ami et associé du présentateur du célèbre animateur de Touche pas à mon poste !) et l'ex-défenseur international sénégalais de l'OM, Souleymane Diawara, chargé du « développement sportif » de l'Athlético (et dont Aklil fut également l'agent). Annonçant « 450 licenciés, 35 éducateurs et de nombreux bénévoles », l'Athlétic Football Club Aixois prévoit également « un partenariat avec la Johan Cruyff Academy » pour ses joueurs en formation, « un programme France/Afrique » et « un projet social », tout en souhaitant « fédérer et unir les huit principaux clubs de jeunes du pays d'Aix ». Est-il écrit sur la plaquette de présentation « Devenir propriétaire de son propre stade » L'AFCA en gestation souhaite également « devenir propriétaire de son propre stade, sur un terrain se situant à Aix-les-Milles entre l'Arena et le Z5 (au sud-ouest d'Aix-en-Provence) », explique la plaquette, sous l'intitulé « Nous bâtissons... ». Ce stade serait doté de 20 000 places, à l'image du projet multifonctionnel déjà imaginé (sans suite) par Aklil pour l'Athlético dans le quartier de l'Estaque, au nord de Marseille ; une enceinte dont le coût prévisionnel avait été estimé à 9,1 M€ lors des plans d'ébauche. Les concepteurs du document de présentation de l'AFCA reproduisent d'ailleurs la même maquette de stade utilisée pour le projet de l'Estaque, accompagnée du même texte de présentation, à quelques mots près, en raison du déplacement géographique... Le 1er février, en réponse à un article de L'Équipe (sans le nommer), Karim Aklil avait expliqué, dans un communiqué publié par l'Athlético Marseille, que le club « entendait s'inscrire dans un projet ambitieux, sans pour autant renier son histoire de club de quartier, tout en conservant ses valeurs sociales et éducatives, quel que soit l'endroit où il se situe ou se situera ».