Foot : l'Elysée prend position à son tour contre le projet de "Superligue" réservée à quelques clubs européens

franceinfo
·1 min de lecture

L'idée d'une compétition continentale fermée, sans système de qualification ou d'accession, menace "le principe de solidarité et le mérite sportif", selon la présidence française.

C'est un véritable électrochoc sur la scène du football européen. Plusieurs clubs anglais, espagnols et italiens pourraient annoncer la création d'une "Superligue fermée", c'est-à-dire d'une compétition entre "happy few" qui n'auraient pas besoin de se qualifier pour participer à la compétition. Cette initiative, qui vient directement concurrencer la prestigieuse Ligue des champions, fait désormais réagir la présidence de la République française, qui s'est fendue d'un communiqué, dimanche 18 avril.

"L’Etat français appuiera toutes les démarches de la LFP [ligue professionnelle française], de la FFF [fédération française], l’UEFA [fédération européenne], et de la FIFA [fédération internationale] pour protéger l’intégrité des compétitions fédérales qu’elles soient nationales ou européennes", écrit l'Elysée. "Le président de la République salue la position des clubs français de refuser de participer à un projet de super ligue européenne de football menaçant le principe de solidarité et le mérite sportif", précise encore le document.

Alors que les contours de cette ligue fermée n'ont pas encore été dévoilés, l'UEFA a déjà publié un communiqué pour dénoncer un projet "cynique". La fédération européenne a d'ores et déjà averti les clubs séduits par ce format qu'ils seront exclus de toute autre "compétition au niveau national, européen ou mondial" et que leurs "joueurs pourraient se voir refuser la possibilité de représenter leurs équipes nationales."Cette menace intervient (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi