FoodTech : comment la technologie va bouleverser notre façon de manger

·2 min de lecture

La start-up française Ÿnsect, qui produit des insectes comme protéines alternatives, ou Infarm, une jeune pousse allemande qui installe des fermes urbaines dans les magasins, représentent parfaitement les nouvelles tendances de la FoodTech européenne. Jusqu’ici largement tournés vers les start-up de livraison de repas, les investissements s’orientent désormais vers la production de nourriture ou l’optimisation de la chaîne alimentaire. La start-up suédoise Oatly, qui produit du lait végétal à l’avoine, a ainsi levé 180 millions d’euros en 2020, selon le palmarès annuel de DigitalFoodLab. Ce dernier, fondé en 2016, étudie l’écosystème FoodTech et fournit des conseils aux grands groupes et start-up sur les grandes tendances du secteur et leur impact sur les différents marchés. Son cofondateur Matthieu Vincent nous explique comment la technologie va bouleverser notre façon de manger.

Matthieu Vincent, cofondateur de DigitalFoodLab. © Matthieu Vincent
Matthieu Vincent, cofondateur de DigitalFoodLab. © Matthieu Vincent

Que regroupe exactement la FoodTech ?

Globalement, on a quatre grandes tendances. D’une part, les protéines alternatives (« viande » végétale, fermentation, culture cellulaire…), avec des start-up comme Beyond Meat ou Impossible Foods. Deuxièmement, la réinvention des courses (livraison, nouveaux supermarchés…) avec par exemple Picnic ou La Belle vie. Troisièmement, la robotisation, que ce soit pour la préparation des repas ou la livraison, et enfin la personnalisation de l’alimentation, avec des start-up comme Zoe qui proposent de kits d’analyse de microbiote et de glucose pour délivrer des conseils nutritionnels.

S’agit-il de vraies tendances ou d’une mode passagère ?

Ces technologies répondent à un vrai besoin. On sait par exemple qu’il faut diminuer l’élevage qui est très polluant et consommateur de ressources. D’ici 2030 ou 2035, 10 % à 15 % des protéines consommées dans le monde pourraient être des alternatives à la viande. Si l’on prend la robotisation, cela répond également à un manque de main-d’œuvre dans la...

> Lire la suite sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles