La fonte des glaces s'accélère depuis les années 1990

Nathalie Mayer, Journaliste
·2 min de lecture

Pour la première fois, des chercheurs de l’université de Leeds (Royaume-Uni) ont utilisé des données satellites pour étudier la fonte des glaces au niveau du Globe. Une enquête qui concerne 215.000 glaciers de montagne, les calottes polaires, les plates-formes de glace autour de l’Antarctique et la glace de mer. Avec des conclusions peu rassurantes. Entre 1995 et 2017, la Terre a perdu 28 trillions de tonnes — soit 28 x 1.015 tonnes — de glace. À un rythme qui n’a cessé de s’accélérer, passant de 0,8 trillion de tonnes par an dans les années 1990 à 1,3 trillion en 2017.

C’est du côté des calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique que la fonte s’est le plus accélérée. « Dans ces régions, nous suivons le pire des scénarios de réchauffement climatique définis par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) », précise Thomas Slater, auteur principal de l’étude, dans un communiqué de l’université de Leeds.

La glace fond partout dans le monde, mais à des rythmes un peu différents. © CPOM
La glace fond partout dans le monde, mais à des rythmes un peu différents. © CPOM

Vers une importante élévation du niveau de la mer

Au total, 7,6 trillions de tonnes de glace de mer ont été perdues du côté de l’Arctique — notamment du fait de l’augmentation de la température de l’atmosphère de 0,26 °C par décennie — et 6,5 trillions de tonnes du côté des plates-formes de glace de l’Antarctique — du fait de l’augmentation de la température de l’océan de 0,12 °C par décennie.

La moitié de la glace perdue était de la glace continentale. Une fonte qui a déjà fait monter le niveau des mers de 35 millimètres. « À ce rythme, l’élévation du niveau de la mer aura de graves conséquences sur les communautés côtières au cours de ce siècle », prévient Thomas Slater. Rappelons en effet que, pour chaque centimètre d’élévation, c’est un million de personnes qui se retrouvent en danger sur le globe.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura