A la Fondation Giacometti, toujours fermée, "on reste sur le pied de guerre", nous confie sa directrice, Catherine Grenier

Valérie Oddos
·1 min de lecture

A cause de la poursuite des restrictions liées à la crise sanitaire, la Fondation Giacometti n'a pas pu ouvrir sa nouvelle exposition, consacrée à l'amitié entre Alberto Giacometti et Samuel Beckett. Contre vents et marées, la directrice du petit musée parisien, Catherine Grenier, veut rester positive et mettre à profit les expérimentations de cette période difficile, même si, comme beaucoup, elle ne comprend pas très bien que les musées restent fermés et regrette une sous-estimation du rôle de la culture.

Au mois de mai, après le premier confinement, la Fondation Giacometti avait été un des premiers musées parisiens à rouvrir ses portes. Alors qu'un nouveau déconfinement des lieux culturels était espéré pour le 7 janvier, elle devait ouvrir le week-end dernier, les 9 et 10 janvier, sa nouvelle exposition sur les liens entre Alberto Giacometti et Samuel Beckett, figures artistiques de Montparnasse au milieu du XXe siècle. Une jolie exposition prévue jusqu'au 28 mars (on y revient bientôt) qui raconte la proximité entre les deux œuvres et le compagnonnage de deux solitudes.

La prolongation de la fermeture des musées a empêché le vernissage public de l'exposition mais les responsables de la (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi