Fondation contre l'exclusion, Cour des comptes, AFITF, conseil : la quadruple reconversion de Jean Castex

© Raphaël Lafargue-Pool/Sipa

Après presque deux ans à la tête du gouvernement, Jean Castex déposait mi-mai sa démission auprès du président Emmanuel Macron, fraîchement réélu. Souhaitant favoriser l'arrivée d'une « impulsion nouvelle », comme il l'expliquait sur France Inter, l'ancien maire de Prades (Pyrénées-Orientales) passait le flambeau à Élisabeth Borne pour ce nouveau quinquennat. Et maintenant ? Quelle vie après Matignon ? Désireux de reprendre une vie active sans s'éloigner réellement de la politique, Jean Castex a rapidement retrouvé du travail. Dans un communiqué paru jeudi, la Fondation Agir contre l'exclusion (FACE) annonce que le responsable devient, à titre bénévole, son président. Jean Castex a été élu par le conseil d’administration mercredi et rencontrera l'ensemble des parties prenantes dès septembre, précise la Fondation créée en 1993 par Martine Aubry.

Ce membre historique de l'UMP, puis des Républicains, promet de faire de la FACE « un acteur majeur en multipliant les clubs et fondations abritées sur tous les territoires, afin d’apporter des solutions concrètes au plus près des besoins ».

Finances, transports... Un couteau suisse

Autre ligne à ajouter à son curriculum vitae et dans un tout autre domaine, l'ancien Premier ministre va « réaliser des prestations de conseil au directeur général de la société Idverde », après avoir reçu également mercredi un avis favorable de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Concernant cette deuxième mission, il s'agir...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles