La Fondation Brigitte Bardot accuse une influenceuse de "faux partenariat"

·2 min de lecture

L'influenceuse Maddy Burciaga a été mise en demeure le 29 octobre par la Fondation Brigitte Bardot qui lui reproche d'avoir utilisé sans autorisation son nom pour vendre des cosmétiques de sa marque. 

Tout le mois d'octobre, l'influenceuse Maddy Burciaga a organisé une opération commerciale sur son site internet, proposant de reverser une partie des bénéfices de la vente de ses cosmétiques à la Fondation Brigitte Bardot. Problème, l'association de défense des animaux fait valoir qu'elle n'était pas au courant et a dénoncé dans un communiqué datant du 3 novembre 2020 ce qu'elle qualifie de «faux partenariat». «La Fondation tient à préciser qu’elle n’a jamais autorisé une telle exploitation de son nom et de sa réputation, pour laquelle elle n’a d’ailleurs jamais été sollicitée, ni évidemment rémunérée», écrit l'organisme, évoquant les «allégations mensongères» de la jeune femme aux 2,3 millions d'abonnés sur les réseaux sociaux. Une mise en demeure a été déposée le 29 octobre contre Maddy Burciaga pour réclamer qu'elle supprime la référence à la Fondation sur son site internet. Cette dernière a également mal perçu le fait que l'Instagrameuse se mette en scène avec un lionceau blanc dans les bras pour promouvoir ce «prétendu partenariat».

Ceci marque le début d'une polémique, que l'influenceuse a tenté de désamorcer sur Instagram en se disant «choquée» par la tournure des événements. Dans des vidéos, elle affirme que les dons perçus en octobre - 25% des bénéfices de la vente de produits cosmétiques - lors de cette opération avaient été reversés «depuis quelques temps déjà» à la Fondation Brigitte Bardot. Elle reproche à cette dernière de s'être «retournée contre elle» après le «buzz» déclenché par cette affaire. Elle reconnaît en revanche que le choix de l'image d'elle avec le lionceau pour promouvoir son dispositif commercial n'était pas approprié.

Hugo Clément s'en mêle

Le journaliste Hugo Clément a réagi à la(...)


Lire la suite sur Paris Match