A fond les ballets

Libération.fr

Germain Louvet Le vibrant jeune homme est devenu danseur étoile de l’Opéra national de Paris à seulement 23 ans.

Corps échauffé, tee-shirt trempé, port altier, le pas fluide, il pénètre dans la mythique salle de l’Opéra de Paris, la ronde «Zambelli», où tous les grands ballets furent un jour répétés. Les jambes s’étirent dans un collant gris, les pieds se tendent dans des demi-pointes noires. Germain Louvet, danseur tout en longueur, mannequin à ses heures, entre dans sa bulle. Le lino gris soyeux devient du sable, le silence, un bruit de vagues. L’espace est inondé de soleil. Les premières notes du pianiste résonnent, du Ravel. Le maître de ballet, Clotilde Vayer, bat la mesure : «Diam, pam, pam. On y va ! On est sur la plage. Il fait chaud» ; «Bientôt, tu auras la musique dans le corps et tu pourras t’amuser» ; «Pousse tes bras comme un chat»… Le danseur se plie, se déplie. Se donne de tous ses muscles. «J’adore bouger les bras, c’est la partie du corps qui octroie le plus de liberté. Et puis j’aime m’enivrer à faire des pirouettes ou des sauts. Chercher à rester suspendu le plus longtemps possible, jouer avec la gravité. Danser est pour moi de l’ordre de la pulsion.»

C’était en mars. La nouvelle étoile de l’Opéra répétait alors En sol, chorégraphie de Jerome Robbins (à qui l’on doit les pas de West Side Story). Il interprétera ce ballet néoclassique en forme de romance à partir de la semaine prochaine. Quelques mois après avoir déclenché une ovation de plus de quinze minutes à l’Opéra Bastille. Ce soir du 28 décembre, Germain Louvet est le prince Siegried, héros mal dans sa peau (pas le cas du danseur) du Lac des cygnes. A l’issue de sa performance, surprise… Stéphane Lissner, directeur de l’Opéra national de Paris, annonce sur scène : «Sur proposition d’Aurélie Dupont, directrice du ballet, je suis très heureux de nommer Germain Louvet danseur étoile.»«J’ai entendu mon nom. Le moment le plus fort. J’avais déjà vu des nominations d’étoiles, mais là, c’était moi.» (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

BD augmentée
Un opéra qui donne dégel
Avortement, le corps de l’histoire
Un tandem pour remplacer Rodrigo Garcia au Centre dramatique national de Montpellier
«Arturo Ui», le nazisme battu en Brecht

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages