La fonction des poignards de cuivre du Néolithique enfin élucidée ?

Dans la tradition archéologique, les poignards du Chalcolithique (période de la préhistoire caractérisée par le début de l'utilisation du cuivre) sont considérés comme des symboles de pouvoir masculin. Une récente étude vient contrebalancer cette idée en démontrant que ces lames étaient utilisées de manières très diverses, notamment dans la découpe de carcasses.

Des lames en alliage de cuivre ont été découvertes sur une large partie de l'Europe durant le Chalcolithique, puis pendant une partie de l'Âge de Bronze. Malgré une grande diversité de lames exhumées, les études sont rares sur la fonction de ces artefacts métalliques. Une lacune en partie comblée grâce à l'analyse microscopique, par une équipe d'archéologues, de dix poignards découverts dans le nord de l'Italie. L'étude, publiée dans le 12 avril 2022, démontre un usage multifonctionnel de ces poignards, en particulier dans le dépeçage des animaux. D'après Andrea Dolfini, archéologue à l'université de Newcastle ayant participé à l'étude, "l'analyse des résidus organiques est couramment appliquée aux artefacts en céramique, en pierre et en coquillage. Nous avons donc modifié la méthode pour pouvoir l'appliquer aux alliages de cuivre."

Un artefact associé aux guerriers

Ces poignards sont apparus simultanément, au 4e millénaire avant notre ère, dans une grande partie de l'Europe et sur la péninsule italienne. Le silex a progressivement été abandonné au profit d'alliages de cuivre, avec de l'arsenic ou de l'étain. C'est aussi la période d'une forte activité commerciale, avec des échanges d'artefacts dans toute l'Europe pendant l'Âge du Bronze. La fonction de ces poignards a longtemps été un objet de débat chez les archéologues. Certains les interprétaient comme des accessoires symboliques, ou encore des objets utilisés pour des rituels d'abattage. Les fréquentes découvertes de poignards dans des tombeaux de guerriers ont laissé penser aux archéologues qu'il s'agissait d'insignes non fonctionnels, symboles de pouvoir masculin. En outre, la faiblesse de l'alliage cuivreux ne supposait pas que ces poignards puissent être assez solides en tant qu'armes de courte portée.

Ces artefacts ont été découverts entre 2016 et 2017 sur le site de Pragatto (Italie), qui fait partie du système de Terramare (nom donné à la culture archéologique propre à l'Âge du Bronze), un site de peupl[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles